Avertir le modérateur

08/06/2013

La douleur qui se tait n'en est que plus funeste

L'inceste est une violence, l'incestuel l'est tout autant : c'est une violence organisée secrète discrète, et passe facilement inaperçue.

 

La douleur qui se tait n'en est que plus funeste. (Racine)

07/03/2013

Psychologie et vampires

 

1a6bb958988ab2c266ac81768d82d1a5.jpg

 

L’univers du mythe, soutient l’universalité des mécanismes collectifs mis à jour.

 

Les outils d’analyse appartenant à des mythes sont difficiles à manier, souvent employés pour désigner une croyance manifestement erronée au premier abord, mais qui peut se rapporter à des éléments concrets exprimés de façon symbolique[] et partagée par un nombre significatif de personnes.

 

Comme il existe une intime familiarité entre ce que le mythe donne à voir et la mise en scène fantasmatique de tout à chacun, les contours d’une mise en scène primordiale sont marquées par l’imminence de la mort, mort de soi ou de l’autre.

 

Ce contact avec les mythes et les processus archaïques collectifs entraînent obligatoirement une réflexion approfondie sur les questions de l’origine. Le vampirisme est spectaculaire par cette métaphore qu’il donne à voir.

 

 Stars médiatiques, les vampires fleurissent à l’écran incarnés par Johnny Depp, Anthony Hopkins, Keanu Reeves, Robert Pattinson…personnages fascinants à la jonction des deux principaux instincts qui régissent notre existence, l'instinct sexuel et l'instinct de mort comme le cite Jean Marigny. A la différence de ses ancêtres cinématographiques, le vampire moderne s’humanise et ne craint plus Dieu.

Cet état de  morts-vivants présente une analogie avec la dépression, or la dépression est une maladie des temps modernes caractérisés par le déclin de l’image du père. Le vampire se nourrit de l’autre pour survivre. Cette destruction psychique est prégnante dans les familles où règne l’emprise : inceste, incestuel et maltraitance en sont le fleuron.  Ces parents tyranniques ou démissionnaires chosifient l’enfant, se nourrissent de lui, ce qui laisse supposer hypothétiquement que l’enfant se fige dans une mort apparente, une non-vie  en phase avec les demandes parentales.L’enfant ne peut acquérir son autonomie, ni sa liberté de penser et devient à son tour mort-vivant aspiré par l’attraction mortifère parentale.

 

 

 

 

 

 

 

02:09 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vampirisme, transgénérationnel, inceste, incestuel, maltraitance | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

28/01/2013

L’INCESTUEL DÉFINI COMME UN ÉQUIVALENT D’INCESTE

inceste,incestuel,meurtre psychique,agir 

Par opposition à l’inceste, l’incestuel se définit comme un équivalent d’inceste. « L’incestueux dans ce que nous connaissons d’ordinaire en analyse c’est le fantasme et le produit d’une symbolisation, tandis que l’incestuel ne résulte d’aucune symbolisation. Il est tout dans l’agir, pas forcément dans le génital de l’inceste, mais plus souvent dans des équivalents d’inceste qui sont des comportements à travers lesquels une relation de nature incestuelle transite. »[1]

La relation incestuelle se définit comme « une relation extrêmement étroite, 

indissoluble, entre deux personnes que pourrait unir un inceste et qui cependant ne

 l’accomplissent pas, mais qui s’en donnent l’équivalent sous une forme

apparemment banale et bénigne » (1992)[2]. Il constitue une forme de ce que l’on

est en droit d’appeler un « meurtre psychique ». Ce qui est en jeu c’est le

narcissisme : pour ses parents, l’enfant n’a pas statut de personne mais de faire-

valoir. Il est un instrument au service de leur narcissisme, un objet indispensable à

l’équilibre psychique parental. Aider l’autre à vivre, telle est sa fonction au prix de sa

 propre autonomie psychique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



[1]Revue française de psychanalyse, 4, 1994

 

[2] Racamier P.C., Le génie des origines, Paris, Payot, 1992.

 

00:27 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : inceste, incestuel, meurtre psychique, agir | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

04/12/2012

L'inceste

L'inceste n'est autre que le crime psychique de l’autre qui aide les agresseurs à survivre voire même à exister psychiquement tandis que les victimes se mutilent psychiquement pour survivre.  C’est bien ici à la faveur de la disparition, même transitoire, d’un des deux sujets que se développe la clinique du vainceste,vampirisme,crime,violencempirisme.

01:56 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : inceste, vampirisme, crime, violence | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

13/06/2012

S'en sortir (diaporama)

 

http://www.kizoa.fr/diaporama/d2793457kP127442200o2/s'en-...

01:03 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : diaporama, psychologie, angoisse, addiction, secret, inceste, maltraitance | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

31/08/2011

CV

                                                                                                                                                                                                                      

Catherine Roudot-Granaux

Docteur en psychopathologie-psychanalyse 

Psychologue clinicienne                   

Master 1 et 2 et Master Recherche de psychologie Paris7 

N° ADELI : 75 93 4117 5 (numéro attribué par la DDASS en tant que praticien inscrit dans le répertoire des titres protégés).

 

85 avenue Simon Bolivar

75019 Paris                                                          

06 19 97 39 96                                                

catherine.granaux@dartybox.com


Psychologue clinicienne


 

Expériences professionnelles 


 

 

 

 2001-1990 Assistante technique de la société informatique U.C.L.O.G.

 

 

 2009   Psychologue clinicienne en libéral

 

 

Toxicomanies, trouble de développement, du comportement, dysharmonies évolutives, psychoses. Bilans familiaux. Type de séance : individuelle, en couple, familiale. Thérapie psychanalytique, soutien psychologique, passation de tests du Rorschach et du T.A.T., génogramme de la famille.
 

2012   Docteur en psychopathologie-psychanalyse. Université Paris Diderot Paris 7.

 
 

Enseignement

 

 

 2013-2014 : Enseignement hebdomadaire de psychologie, niveau Licence au Groupement Etudiant      National d’Enseignement aux Personnes Incarcérées (G.E.N.E.P.I), à la Maison d’arrêt de Fresnes.
 

 2011-2012 : Animation de stages de formation sur « La transmission transgénérationnelle des traumatismes au  Centre National de la Fonction Publique Territoriale (C.N.F.P.T.) à Mâcon, antenne de Saône et Loire.

 

Public : personnel de P.M.I, éducateurs, psychologues.

 
Objectifs : Prévention de la maltraitance.
 

 Sensibiliser les professionnels aux troubles psychopathologiques perçus dans la transmissiontransgénérationnelle.

 

A l’issue de la formation, acquisition des processus et des modalités de la transmission transgénérationnelle dans la maltraitance. Etude de cas, exercices pratiques.

 

·         Les moyens de protection et de prise en charge.

 

·         Renforcer les connaissances des professionnels sur les processus et les modalités de la    transmission transgénérationnelle dans un but préventif

 

·         Aider à identifier les différents aspects de la transmission de chaque famille

 

·         Comprendre la place de chacun

 

·         Sensibiliser les professionnels aux troubles psychopathologiques perçus dans la transmission transgénérationnelle

 

·         Comprendre les troubles du lien mère/enfant

 

·         Connaître les moyens de protection et de prise en charge

 

 2011 : Vacataire à l’université Paris-Diderot, intervention dans un cours magistral pour Master Pro en psychologie clinique : « Diversités des pratiques cliniques ».

 

2008 à 2009 : 115 heures de soutien scolaire aux élèves de primaire par          l’organisme Complétude.

 

            Formation

 


2012   Doctorat de recherche en psychopathologie et psychanalyse                       

 

         Thème : la maltraitance et les pathologies d’emprise

 

         Mention très honorable

 

         Université Paris 7 Denis-Diderot

 

         Directeur : Mareike Wolf-Fédida

 

         Président : Monsieur Max Kohn

 

         Jury : Professeur Serban Ionescu

 

         Professeur Houari  Maïdi

 

Ce doctorat prolonge une réflexion engagée en Licence et en Master sur  la maltraitance : inceste, incestuel, syndrome de Münchhausen par procuration, les caractéristiques des  pathologies où prédominent l’emprise, la transmission transgénérationnelle et les passages à l’acte.

 

 2007-2008 Mémoire de Master Recherche « sexualité et traumatismes »

 

         Thème : l’incestuel vu sous l’angle métaphorique du vampirisme

 

         14/20 Mention bien.

 

 

 

 2006-2007 : Mémoire de Master Pro « psychopathologie de la violence »

 

         Thème : quand l’inceste révèle le vampirisme

 

         17/20 mention très bien.

 

 Stage à l’Association Internationale des Victimes d’Inceste, modération des groupes

 de paroles, retranscriptions et entretiens.

 

Deuxième stage : création et animation de l’espace parents au centre social                                              Belleville.

 


 2005-2006 : Mémoire de Licence 3

 

         Thème : le Syndrome de Münchhausen par procuration

 

         15/20 Mention bien

 

 

Stage à la polyclinique de Meudon (92) dans un service de gérontologie : entretiens cliniques, participation aux réunions de service hebdomadaires.

 

 

2004-2005 Mémoire de Licence  

Thème : la schizophrénie et mise à mort de la pensée

 

 15/20 Mention bien

 

Stage à l’hôpital psychiatrique Roger Prévost à Moisselles (95) dans un service de pré-sortie. Participation aux repas thérapeutiques, aux entretiens, ainsi qu’aux   présentations de malades au C.M.P. de Levallois. Rédaction de synthèses.

 

 

Principales publications dans les revues internationales à comité de lecture

 

 

2012 Roudot-Granaux C., Wolf-Fédida M., « L’inceste et l’incestuel, figures muette du vampirisme » in Canadian Journal of Psychoanalysis 1195-3330.

 

 2012 Roudot-Granaux C., Wolf-Fédida M., « Le silence de mort du syndrome de Münchhausen par procuration».  Cliniques méditerranéennes 0762-7491.

 

 

Articles dans les revues sans comité de lecture

 

 

2013 Roudot-Granaux  « Quand l’inceste révèle le vampirisme », Journal des  psychologues, L17653, N°310, pp.63-68

 

 2010 Roudot-Granaux C., « Stress, sommes-nous tous concernés ? », Handirect, 125, pp. XIV- XV.

 

Relecture et correction de livre

 

 2010 Roudot-Granaux, Relecture et correction du livre « Bilinguisme et psychopathologie », Wolf-        Fédida (dir), Paris. MJW Fédition, 2010.

 

 

Divers

 

 

-      25 avril 2011 : Participation à une émission sur Europe 1, en direct sur un débat d’idées concernant  les affaires criminelles et leur importance dans les médias, animée par David Abiker.

 

« Ce que révèle la terrible affaire de Nantes, pourquoi nous fascine-t-elle autant », avec Dominique Rizet, journaliste, chroniqueur dans l’émission « Faites entrer l’accusé ».

 

Lien : http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Europe-1-Soir/Sons/Europe-1-Soir-25-04-11-514089/

 

-      Avril 2012 : Participation à un reportage télévisé sur NRJ12  à propos du  « Syndrome de Münchhausen par procuration ».

 

 -      Février 2013 : Participation à un reportage télévisé sur France 2 à propos de l’inceste diffusée le 11 février 2013.

 

Lien : http://www.youtube.com/watch?v=HnE3asV9ugw

  

-      Avril 2012 : Participation à un reportage télévisé sur NRJ12  à propos du  « Syndrome de Münchhausen par procuration ».

 

 -      Février 2013 : Participation à un reportage télévisé sur France 2 à propos de l’inceste diffusée le 11 février 2013.

 

Lien : http://www.youtube.com/watch?v=HnE3asV9ug


-       Novembre 2014 : Article diffusé dans le journal Métronews sur une affaire de syndrome de Münchhausen par procuration (l’infirmière jugée à Thionville).

 

Lien : http://www.metronews.fr/info/le-syndrome-de-munchausen-par-procuration-une-pathologie-recurrente-dans-les-salles-d-audience/mnkd!PGzwUEWBqwWkA/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14:36 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : psychologue, inceste, transgénérationnel, trauamtismes, télévision. | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

15/03/2011

PRESENTATION

Psychologue clinicienne

Catherine Granaux

 

Profession : psychologue clinicienne

 

Adresse professionnelle : 10 rue de Nesle 75006 Paris.

Métro Odéon.

 

Téléphone : 06 19 97 39 96

 

N° ADELI : 75 93 4117 5

 

N° SIRET :  511 212 212 000 16

 

Qualification professionnelle : Psychologue qualifiée par Psy en mouvement

 

Courant méthodologique de psychothérapie : psychothérapie psychanalytique

 

Type de patients : Adolescent

                               Adulte

                               Angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, inceste, maltraitance,

                               anorexie, boulimie. 

Type de séance : Individuelle

                              En couple

Thérapie psychanalytique

Soutien psychologique

Passation éventuelle de test du Rorschach et du TAT

Génogramme de la famille

 

Description : Psychologue clinicienne titulaire du DESS de psychologie clinique et du DEA de psychologie clinique à Paris VII. Doctorat en psychopathologie et psychanalyse.

 
 
 

09:05 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, inceste, maltraitance | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

14/04/2010

INCESTUEL ET INTRUSION

les-trois-singes-de-la-sagesse.jpgPar opposition à l’inceste, l’incestuel se définit comme un équivalent d’inceste. « L’incestueux dans ce que nous connaissons d’ordinaire en analyse c’est le fantasme et le produit d’une symbolisation, tandis que l’incestuel ne résulte d’aucune symbolisation. Il est tout dans l’agir, pas forcément dans le génital de l’inceste, mais plus souvent dans des équivalentsd’inceste qui sont des comportements à travers lesquels une relation de nature incestuelle transite. »[3] (Revue française de psychanalyse, 4, 1994)

25 La banalisation apparaît comme un obstacle majeur à la possibilité de repérer l’incestuel dans la clinique : la banalisation à voir avec ce que P..C. Racamier appelait « dénis diaphragmés ». Cette banalisation est fréquente chez les pervers qui tentent de faire passer pour normales, voire naturelles des conduites ou des situations familiales dans lesquelles des liens incestuels, voire incestueux sont à préserver à tout prix et qu’il faut soustraire au regard du clinicien. Le plus souvent, cette banalisation en l’autorité n’y est pas reconnue de même que l’altérité. Les enfants de ces familles sont des enfants mais en même temps ils peuvent se poser comme parents des parents ou du moins remplir telle ou telle fonction parentale. Le fonctionnement incestuel est le plus souvent difficilement perceptible, il est parfois simplement indiqué par le fait que les enfants n’appellent pas leurs parents papa et maman mais les désignent par leurs prénoms. La confusion des identités est importante. Il n’y a pas de limites entre vie privée et vie familiale. La porte de la chambre à coucher des parents ne ferme pas, les enfants ne sont pas protégés de la sexualité des parents.L’autre tabou transgressé par l’incestuel, est celui de l’indifférenciation des êtres, un tabou qui interdit de confondre les individus sur le plan corporel, psychique et social. L’angoisse d’intrusion est au premier plan chez tout sujet prisonnier d’une relation incestuelle, elle l’est tout particulièrement dans l’anorexie.

12/04/2010

Psychologue clinicienne

Catherine Granaux

 

Profession : psychologue clinicienne

 

Adresse professionnelle : 10 rue de Nesle 75006. Métro Odéon.

 

Téléphone : 06 19 97 39 96

 

N° ADELI : 511 212 212 000 16

 

Qualification professionnelle : Psychologue qualifiée par Psy en mouvement

 

Courant méthodologique de psychothérapie : psychothérapie psychanalytique

 

Type de patients : Adolescent

                               Adulte

                               Angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, inceste, maltraitance,

                                anorexie, boulimie. 

Type de séance : Individuelle

                              En couple

Thérapie psychanalytique

Soutien psychologique

Passation éventuelle de test du Rorschach et du TAT

Génogramme de la famille

 

Description : Psychologue clinicienne titulaire du DESS de psychologie clinique, du DEA de psychologie clinique à Paris VII ainsi que d'un doctorat en psychologie clinique.

00:27 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, inceste, maltraitance | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

26/03/2010

INCESTE ET MALTRAITANCE

h-20-1361497-1229645608.jpg PSYCHOTHERAPIE DE VICTIME D'INCESTE / DE MALTRAITANCE

La victime adulte est notamment motivée par une recherche de reconnaissance, liée aux failles narcissiques qui ont entaché son enfance. Dans cette hypothèse, il y a lieu de toucher " l'enfant en souffrance ", enfermé dans cet adulte, de lui permettre d'exprimer sa rage, les traumatismes subis, sa culpabilité, sa déception et cela afin de l'aider à échapper en partie à une emprise infantile. En effet, la victime mélange souvent vécu antérieur et craintes actuelles.

L'action thérapeutique peut aller de l'aide au Moi, l'étayage, à la restauration des processus donnant accès à la représentation, grâce à une compréhension des phénomènes les plus archaïques.

En toute occasion, le but visé est de restaurer la subjectivation en aidant le patient à affronter la réalité. L'espace psychique est plus sûrement attaqué que le corps.

Un travail sur les affects pourra participer de la levée des clivages, des dénis et donc des secrets antérieurs et ouvrir l'espoir d'une possible mentalisation.

La victime cherche inconsciemment à vivre pour la première fois les éléments clivés qu'ils méconnaissent, faute de mentalisation et de symbolisation.

Ces patients doivent être pris en charge dans une thérapie psychanalytique tout d'abord en face à face car la position allongée peut réactiver une angoisse d'abandon trop forte.

Le thérapeute doit être suffisamment bon pour servir d'étayage et prévenir les passages à l'acte toujours possibles.

L'intervention thérapeutique devrait privilégier le soutien de la victime. La thérapie est un processus relationnel entre le patient et le psychologue. C'est à partir de leur propre langage que le psychologue peut les aider à se reconstruire psychiquement. L'incitation à la parole aide la victime à mentaliser son vécu et à diluer l'effet de l'emprise. La reconnaissance de la réalité de ses parents et les préjudices qu'ils lui ont fait subir lui permet de se libérer de ses agresseurs.

Il peut ainsi penser les causes de ses traumatismes à l'extérieur de lui, dégagé de sa culpabilité, il pourra accéder à l'épreuve de la réalité.

Il pourra expérimenter des émotions condamnées  par ses parents.

La technique consiste à maintenir le cadre et le dispositif afin d'éviter une tentative de suicide ou un effondrement dépressif.

Le psychologue a une responsabilité parentale. Soit, il« est »une figure paternelle qui va l'arracher de la séduction maternelle originaire, soit une figure maternelle pour pallier aux carences précoces de l'environnement, soit les deux.

Le silence du thérapeute ne peut être que déconseillé et la position en face à face préconisée.


 

00:51 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : inceste, maltraitance, victime, corps, emprise | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

24/03/2010

L'INCESTUEL

Paul-Claude Racamier, L'inceste et l'incestuel

Éditions du Collège.

Paul-Claude Racamier propose l'étude d'une pathologie nouvelle, celle de l'incestuel qu'il définit à partir d'un climat, qui, dans la vie familiale individuelle et collective, crée l'empreinte de l'inceste, sans qu'en soient nécessairement accomplies les formes génitales.

Dans son style imagé, il montre comment ce travail s'inscrit dans le développement de son oeuvre; il s'agit d'une pathologie que l'on peut mieux cerner, en se référant aux paradoxes de l'antoedipe. La pathologie incestuelle dépasse les conséquences de l'acte incestueux lui-même. La séduction pour la mère et le nourrisson est initiale et devrait conduire à la mise en circuit de l'oedipe. Mais ici chacun des partenaires tente d'exercer sa séduction, pour obtenir une relation exclusive, contre le tiers exclu, ce qui permet de comprendre comment se situe le fonctionnement primaire, tel qu'il fut décrit à partir des idées de Ferenczi.

La persistance indéfinie d'une telle situation définit la pathologie de l'antoedipe, celle qui conduit à la non-séparation de la mère et du bébé par le père, pour permettre à la mère primaire de durer indéfiniment. Il n'y a pas ici de tabou de l'inceste qui ait organisé la castration infligée par le père. La place de chacun dans son sexe et sa génération n'est pas précisée, le Surmoi ne se construit pas, l'objet n'a pas d'autre origine que son investisseur. Il est fétiche et donc inamovible. Il est l'objet des objets et donc interdit de désir : sa valeur narcissique est primordiale. Finalement, l'incestuel échappe à toute tendresse, car le sentiment tendre est l'adversaire typique de l'incestualité.

Ainsi P-C.Racamier va décrire les propriétés de l'incestuel qui sont après tout banales en apparence : jamais solitaire, l'incestuel n'est pas concret, il est toujours agi. L'inceste est par lui constamment mis en avant : il va le montrer, l'étaler et l'exhiber, il dissimule ainsi sa fonction profonde en un inviolable secret. "On vous le montre et vous le voyez sans le voir. Si vous voulez le voir vraiment, on vous le cache et même on se cache, jeu de cache-cache". Ainsi l'incestuel conduit-il à la mort, mais sans deuil de l'objet perdu d'où un noyau hermétique et narcissique. L'auteur ne nous fournira pas d'exemple clinique de cette pathologie dont le registre empiète à la fois sur le domaine de la psychose et celui de la perversion. Il s'agit toujours d'une pathologie familiale caractérisée par des constructions concernant les origines et la transmission des générations. Mais il y a toujours une rupture dans le fil rouge qui devrait nous amener jusqu'à l'originaire, d'où le démantèlement des liens et la constance du clivage. Cette pathologie est caractérisée aussi par la disqualification des fixations auto-érotiques, sur le plan rationnel par les erreurs affirmées du jugement, donc par la confusion entre système primaire et système secondaire de pensée : cette pathologie s'affirme, comme on peut le comprendre, dans le registre de la séduction narcissique.193569644.jpg

02:12 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : inceste, perversion, psychose, pathologie | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

06/03/2010

SECRET DE FAMILLE

chut.jpgFondée sur les non-dits, sur les silences, sur les secrets, la transmission transgénérationnelle dite “en creux” ou “en négatif” peut véhiculer les effets pathogènes de traumatismes anciens.  À cet égard, la mission principale des psychothérapies centrées sur la transmission transgénérationnelle est souvent la mise en récit de l’histoire autobiographique et familiale fantasmatique, c’est- à-dire l’élaboration d’une histoire qui puisse donner force et cohérence au vécu du patient.

2 “Un traumatisme ancien, devenu secret de famille agirait comme un fantôme susceptible de perturber les familles à travers les générations” référence aux travaux des psychanalystes Nicolas Abraham et Maria Torok. Il s’agit souvent de secrets honteux à propos d’un ancêtre, comme un décès suspect (mort violente, suicide), une naissance illégitime ou un inceste, qui sont dissimulés d’une génération à l’autre. En cachant le secret indicible qui est demeuré un deuil impossible, on l’installe à l’intérieur de soi, dans un caveau secret ou “crypte psychique”. “C’est le non-dit et le mystère autour du secret, mais pointés par le silence et l’évitement, qui deviennent agissants et peuvent se traduire par des perturbations psychiques et/ou comportementales chez un ou des sujets, à la génération suivante”, Les effets pathogènes du secret familial sont ainsi susceptibles de traverser les générations.

 

 

04/03/2010

EMPRISE, MALTRAITANCE, ABUS SEXUEL, INCESTE

colic_2006_pster_asian_horror_movie.jpgLa relation d’emprise est un phénomène universel et ubiquitaire, écueil sournois et redouté qui menace toute relation humaine. L’interaction de deux ou plusieurs individus ou groupes d’individus, dans quelque milieu que ce soit, peut en effet conduire à une relation d’emprise. Celle-ci peut s’exercer, entre autres, au travers d’un pouvoir totalitaire en politique, par l’entremise de la propagande dans les médias, les dérives sectaires des religions, mais aussi dans les entreprises, les institutions, les familles, les couples et dans la sexualité à travers les situations de harcèlement, de maltraitance, d’inceste, d’abus sexuel...

01:14 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : emprise, maltraitance, inceste, abus sexuel | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

03/03/2010

Psychologue : présentation

PRESENTATION

Catherine Granaux

 

Profession : psychologue clinicienne

 

Adresse professionnelle : 10 rue de Nesle 75006.

Métro Odéon.

 

Téléphone : 06 19 97 39 96

 

N° ADELI : 511 212 212 000 16

 

Qualification professionnelle : Psychologue qualifiée par Psy en mouvement

 

Courant méthodologique de psychothérapie : psychothérapie psychanalytique

 

Type de patients : Adolescent

                               Adulte

                               Angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, inceste, maltraitance,

                                anorexie, boulimie. 

Type de séance : Individuelle

                              En couple

Thérapie psychanalytique

Soutien psychologique

Passation éventuelle de test du Rorschach et du TAT

Génogramme de la famille

 

Description : Psychologue clinicienne titulaire du DESS, du DEA ainsi que d'un doctorat en psychologie clinique à l'université de Paris VII.

 

Société : cabinet libéral

 

Publication: Thèse sur les problématiques transgénérationnelles.

 

26/02/2010

L'INCESTE, UNE SOUFFRANCE MUETTE

silence_by_donjuki.jpg

 


L'inceste est une irruption des fantasmes d'un adulte dans la réalité de l'enfant.

Dans le secret familial, l'enfant abusé vit un profond traumatisme tant physique que psychique:

·         l'enfant abusé, est comme toute victime de violence, sous l'emprise de son abuseur,

·         tiraillé entre l'amour qu'il éprouve pour les siens et ce qu'on lui fait subir, la culpabilité l'enferme dans une situation vécue comme sans issue,

·         la confusion des rôles, des fonctions et des places de chacun est telle qu'elle génère chez la victime une souffrance indescriptible.

 

En thérapie, ces dessins expriment à mots couverts le drame familial dans lequel il baigne.

     La levée du secret est un moment délicat pour l’enfant qui décide de parler, dans la mesure où il est pris dans une relation d’ambivalence vis-à-vis de l’auteur. L’enfant demande uniquement que la violence ou la maltraitance cesse, mais il ne demande pas nécessairement à être séparé́ de l’un de ses parents, ni que l’un d’eux soit envoyé́ en prison. Il faut parfois beaucoup de temps avant que l'enfant se décide à enfreindre l'interdiction de parler.

     Les blessures tues jusqu’alors peuvent s’estomper parce qu’elles ne restent pas plus longtemps emmagasinées dans l’inconscient.

01:47 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : traumatisme, inceste, violence, emprise, secret, maltraitance | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

09/02/2010

INCESTE/PSYCHOSE

C'est  par rapport à la famille  psychotique que la famille à transaction incestueuse devrait être différenciée. Dans la première, c'est la confusion qui règne - rien n'est clair, mais tout est possible. Dans la famille de l'inceste,la confusion n'est pas exclue, mais son rôle serait de cacher la réalité de l'abus sexuel, effet de l'abus de pouvoir. Dans la famille  psychotique, l'on signale aussi un renversement entre parents et enfants. Dans l'inceste, la réalité de l'acte sexuel transforme l'enfant abusé en un pseudo-adulte. Ceci dégrade les relations dans la famille, au point qu'un exercice de force est nécessaire pour maintenir l'ensemble.

09:07 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : psychose, inceste, abus sexuel, parentification | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu