Avertir le modérateur

15/03/2011

PRESENTATION

Psychologue clinicienne

Catherine Granaux

 

Profession : psychologue clinicienne

 

Adresse professionnelle : 10 rue de Nesle 75006 Paris.

Métro Odéon.

 

Téléphone : 06 19 97 39 96

 

N° ADELI : 75 93 4117 5

 

N° SIRET :  511 212 212 000 16

 

Qualification professionnelle : Psychologue qualifiée par Psy en mouvement

 

Courant méthodologique de psychothérapie : psychothérapie psychanalytique

 

Type de patients : Adolescent

                               Adulte

                               Angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, inceste, maltraitance,

                               anorexie, boulimie. 

Type de séance : Individuelle

                              En couple

Thérapie psychanalytique

Soutien psychologique

Passation éventuelle de test du Rorschach et du TAT

Génogramme de la famille

 

Description : Psychologue clinicienne titulaire du DESS de psychologie clinique et du DEA de psychologie clinique à Paris VII. Doctorat en psychopathologie et psychanalyse.

 
 
 

09:05 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, inceste, maltraitance | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

18/09/2010

L'ADOLESCENCE

La crise pubertaire et de l'adolescence ne se conçoit que comme ≪ après-coup≫ de ≪ micro ≫ ou ≪ macro ≫ traumatismes infantiles, l'adolescence elle-même, d'avec son excès pulsionnel, étant une période ≪ traumatogène≫. Epoque d'une difficile séparation avec les parents, le ≪ travail d'adolescence ≫ est comparable a celui d'un deuil inachevé : l'affect qui prédomine a cette époque est souvent l'affect dépressif de base, le mal-être.

Il y a, a cet age, une mélancolisation du lien qui permet de comprendre bien des actes suicidaires et le recours par la suite au comportement addictif.

Tout adolescent y est un dépressif narcissique qui est en deuil, a savoir l'ambiance maternelle et familiale, et cela jusqu'au ≪ narcissisme négatif ≫ C'est d'ailleurs de vouloir inconsciemment protéger la mère que l'adolescent se tuera ou, parfois, développera une personnalité en faux-self.

 

 

image extraite de lespetitesverites.blogspot.com/2008/10/la-lib...adolescence400.jpg

01:56 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : crise, traumatismes, séparation, deuil, dépression, suicide, mère, faux self | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

15/06/2010

MALTRAITANCE

 

 

Les premières approches d'enfants ont été celles d'enfants victimes de violences physiques avérées et présentant diverses traces de sévices subis tels qu'hématomes, fractures et brûlures. L'intérêt s'est ensuite porté sur les carences de soins massives se manisfestant par des troubles de l'état général, des blocages de croissance, des retards psychomoteurs ou des troubles du comportement.. Il porte aussi aujourd'hui sur les mauvais traitements psychologiques. Abus physiques, violence psychologique, et négligences constituent un problème à la fois fréquent et grave. Si le cas des enfants martytisés est particulièrement préoccupant, il ne faut pas pour autant négliger les enfants beaucoup plus nombreux qui souffrent de violences psychologiques longtemps ignorées des statistiques. Les conséquence des maltraitance sont particulièrement graves : énurésie, encoprésie, perte d'appétit , d'autres sont d'ordre émotionnel : dépendance, dépressivité, conduites de retrait , d'autres encore d'ordre cognitif : incompétence, retard d'ordre intellectuel ou comportemental, délinquance, agressivité, prostitution. On relève également des difficultés d'attention et de persévérance, un manque de contrôle de soi, des conduites agressives, des sentiments de culpabilité, des conduites autodestructrices et une profonde détresse.

Il s'avèrerait urgent de prévenir la mise en acte de la maltraitance, cette prévention pouvant s'effectuer au niveau des familles connues pour présenter un risque particulier de danger pour l'enfant. Mais elle pourrait aussi intervenir auprès de populations que des interventions psychosociales de masse, par l'intermédiaire des médias par exemple, pourraient aider à mieux intégrer ce que l'on peut et ne peut faire à un enfant.

La rencontre individuelle avec l'enfant victime de maltraitance physique ou sexuelle s'est bien améliorée. Pour qu'il se libère de son traumatisme, on sait mieux combien il est important de l'amener à parler de l'histoire interactionnelle et verbale de son « enrôlement » dans la maltraitance et aussi à évoquer l'un ou l'autre fait précis et leur contexte émotionnel et verbal. Il faut aller à la rencontre des soucis et questions qu'il exprime spontanément, quelles qu'elles soient, et sans doute ouvrir la porte à d'autres préoccupations qu'il n'émettrait pas spontanément ( par exemple : mauvaise image de soi rémanente; peur pour l'intégrité présente et à venir du corps sexué ; culpabilité pour s'être montré passif, s'être tu ou avoir éprouvé du plaisir, etc.). Il faut encore veiller à ne pas réduire l'enfant à la dimension « blessée » de son être.jyh-M4J.jpg

 

 

 

 

 

Collection "Max et Lili"

19/04/2010

DEPRESSION ET ALCOOL

Anxiété et dépression :

Deux comorbidités sont associées à l'alcoolodépendance.

L' alcoolodépendance est rarement une maladie surgissant  de manière isolée : dans de très nombreux cas, elle accompagne des troubles très fréquents aujourd'hui : la dépression et l'anxiété. L'alcool peut donner temporairement une impression de soulagement et la sensation d'être détendu. Environ 40% des alcooliques ou des personnes qui font preuve d'abus d'alcool souffrent de syimages.jpgmptômes qui sont proches de ceux de la dépression

La question de la psychothérapie se pose dans ce cadre en soulevant celle de la difficile mise en œuvre d'une psychothérapie qui soit à la fois centrée sur la dépendance et sur une nécessaire revalorisation narcissique du sujet, une responsabilisation et une affirmation de soi.

La dépression est, dans ce cas, sans nul doute le facteur le plus inquiétant de la triade anxiété-dépression-alcoolisation, en ce sens qu'elle est souvent à la source d'une « fuite dans l'alcool ». D'autre part, elle peut aussi être la conséquence d'une alcoolisation, voire un symptôme aggravant.

Inutile de toucher au symptôme de l'addiction, le fait de travailler les origines du besoin de boire  suffisent à long terme pour supprimer l'addiction. Un thérapeute ordonnant à son patient d'arrêter l'alcool en thérapie serait similaire à la mère toute puissante dont la patient tente déjà difficilement de se séparer par des limites artificielles.

23:08 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dépression, anxiété, alcoolisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

12/04/2010

Psychologue clinicienne

Catherine Granaux

 

Profession : psychologue clinicienne

 

Adresse professionnelle : 10 rue de Nesle 75006. Métro Odéon.

 

Téléphone : 06 19 97 39 96

 

N° ADELI : 511 212 212 000 16

 

Qualification professionnelle : Psychologue qualifiée par Psy en mouvement

 

Courant méthodologique de psychothérapie : psychothérapie psychanalytique

 

Type de patients : Adolescent

                               Adulte

                               Angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, inceste, maltraitance,

                                anorexie, boulimie. 

Type de séance : Individuelle

                              En couple

Thérapie psychanalytique

Soutien psychologique

Passation éventuelle de test du Rorschach et du TAT

Génogramme de la famille

 

Description : Psychologue clinicienne titulaire du DESS de psychologie clinique, du DEA de psychologie clinique à Paris VII ainsi que d'un doctorat en psychologie clinique.

00:27 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, inceste, maltraitance | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

30/03/2010

SEPARATION-INDIVIDUATION

Mahler stipule que dans la réactivité de la dépression les traumatismes de la phase séparation-individuation.
C'est une phase préoedipienne du développement psychique. Mahler a décrit ce processus de séparation-individuation comme une différenciation du self de l'enfant, un sentiment d'individualité naissant qui prend place dans la psyché. Cette phase peut engendrer des conflits importants chez l'enfant. L'incompréhension émotive de la mère envers son enfant qui se dirige vers son indépendance peut influer sur son estime de soi de façon négative, interprétée et ressentie par l'enfant comme un sentiment d'abandon. L'angoisse de perte d'objet fait son apparition créant une base fertile pour l'affect dépressif. La réaction dépressive serait une réponse angoissante, difficile émotionnellement , associée à des affects d'incomplétude.


Mahler.M., Pine, F.Bergman.A (1980) La naissance psychologique de l'être humain. Paris. Payot

08:54 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : dépression, traumatisme, séparation, individuation, abandon, angoisse | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

15/03/2010

LA DEPRESSION

Ours_triste.jpg

 

Qu'est-ce que la dépression ?

La dépression est un "état psychique pathologique associant une modification pénible de l'humeur et un ralentissement de l'activité intellectuelle et motrice".
C'est un état morbide, plus ou moins durable, caractérisé par la tristesse et une diminution du tonus de l'énergie.

Symptômes de la dépression

On distingue deux types de dépression :

1 / la dépression majeure qui consiste en un ou plusieurs épisodes dépressifs majeurs tranchant avec le fonctionnement habituel de la personne.
2 / la dysthymie qui est caractérisée par des symptômes dépressifs chroniques, moins sévères, persistants pendant plusieurs années.

Les principaux symptômes permettant de diagnostiquer une dépression chez une personne sont les suivants :

- humeur dépressive
- diminution marquée de l'intérêt ou du plaisir
- troubles de l'alimentation, anorexie, boulimie
- troubles du sommeil
- agitation ou ralentissement psychomoteur
- fatigue ou perte d'énergie
- autodévalorisation ou sentiment de culpabilité excessive
- diminution de l'aptitude à penser ou à se concentrer ou
   indécision
- pensées morbides
- pensées suicidaires

08:48 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dépression, culpabilité, anorexie, boulimie | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

09/03/2010

QUAND CONSULTER UN PSYCHOLOGUE ?

L'exercice de la profession de psychologue est protégé en France. Il est régi par un code de déontologie adopté le 25 mars 1996 par les principales organisations professionnelles. Son objectif est de protéger le public et les psychologues contre les mauvais usages de la psychologie et l'abus des méthodes qui se réclament de cette discipline sans pourtant y appartenir.

 

LE PSYCHOLOGUE possède une formation universitaire spécialisée en psychologie (niveau bac +5). Cette formation est centrée sur la compréhension du comportement humain et, pour les psychologues cliniciens, qui ont suivi des stages supervisés au cours de leurs études sur la capacité à être attentifs aux difficultés d'autrui. Le psychologue connaît les techniques d'entretien. Le psychologue peut recourir aux tests psychologiques pour évaluer les capacités intellectuelles, les aptitudes ou différents aspects de la personnalité de son patient.

Le titre de psychologue est protégé, ce qui veut dire que tous les psychologues doivent avoir une licence et une maîtrise en psychologie, ainsi qu'un D.E.S.S. ou un D.E.A. avec des stages professionnels, toujours dans la filière psychologie.

Chacun est libre de consulter un psychologue  Les motifs les plus fréquents sont les suivants:

Parce qu'on éprouve des difficultés personnelles: on se sent mal dans sa peau, on a peur de ceci ou cela, on est angoissé, déprimé ou stressé; en somme, on sait que quelque chose ne va pas, qui nous empêche de nous épanouir;

En cas de toxicomanie et/d'addiction aux médicaments , à l'alcool, aux drogues;

 

En cas d'anorexie, de boulimie, de sensation d'ennui,de vide;


Parce qu'on vit une épreuve : on a fréquemment besoin d'aide lors d'événements douloureux tels qu'une maladie grave, un deuil, une séparation, un échec, une perte d'emploi, etc.;

Parce qu'on éprouve des difficultés dans ses relations avec les autres: au sein du couple, de la famille, ou encore parce qu'on se sent seul, isolé;

Parce qu'on juge sa sexualité insatisfaisante ou qu'on est victime d'abus sexuel; 

Parce qu'on veut vivre différemment: sans que ce soit nécessairement dû à une existence difficile, on veut mieux se connaître, on veut développer ses potentiels, enrichir sa vie et engager une démarche d'évolution personnelle;

Parce qu'on a une décision à prendre: pour en analyser les avantages et les inconvénients, pour se préparer aux conséquences de la décision, pour y voir plus clair, etc.;

Parce qu'on veut s'orienter: ou devrais-je investir mes énergies, vers quels objectifs diriger ma carrière, ma vie ?

Le premier entretien est toujours gratuit.

tunnel.jpg

                                                      Enfin  voir le bout du tunnel

10:18 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : angoisse, dépression, abus sexuel, addiction, anorexie, boulime, toxicomanie, deuil | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

08/03/2010

ALCOOLISME ET DEPRESSION

alcoolisme.jpgAnxiété et dépression :

Deux comorbidités sont associées à l'alcoolodépendance.

l' alcoolodépendance est rarement une maladie surgissant  de manière isolée : dans de très nombreux cas, elle accompagne des troubles très fréquents aujourd'hui : la dépression et l'anxiété.

La question de la psychothérapie se pose dans ce cadre en soulevant celle de la difficile mise en œuvre d'une psychothérapie qui soit à la fois centrée sur la dépendance et sur une nécessaire revalorisation narcissique du sujet, une responsabilisation et une affirmation de soi.

La dépression est, dans ce cas, sans nul doute le facteur le plus inquiétant de la triade anxiété-dépression-alcoolisation, en ce sens qu'elle est souvent à la source d'une « fuite dans l'alcool ». D'autre part, elle peut aussi être la conséquence d'une alcoolisation, voire un symptôme aggravant.

Inutile de toucher au symptôme de l'addiction, le fait de travailler les origines du besoin de boire  suffisent à long terme pour supprimer l'addiction. Un thérapeute ordonnant à son patient d'arrêter l'alcool en thérapie serait similaire à la mère toute puissante dont la patient tente déjà difficilement de se séparer par des limites artificielles.

09:36 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : thérapie, dépression, alccol, anxiété, addiction | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

06/03/2010

THERAPIE PAR L'ART

 

 

 

L'art-thérapie est l'utilisation de l'expression artistique dans l'aide aux personnes qui ont des difficultés à exprimer leurs maux psychiques (angoisse, dépression, stress, inhibition)

L'art-thérapie apporte aussi un soutien thérapeutique aux personnes confrontées à une détresse émotionnelle. Le principe de base est d'encourager les patients à exprimer leurs sentiments et émotions sous une forme visuelle ou plastique (peinture,
dessin..). Les émotions et les contenus inconscients peuvent être approchés par l'art-thérapie plus facilement et plus rapidement qu'avec la parole


Le plus important lors d'une séance d'art-thérapie est de surmonter la crainte de s'exprimer, de faire ressurgir des émotions et sentiments refoulés dans notre inconscient et d'aider à connaître leurs origines.

Un autre aspect positif de l'art-thérapie est le fait que l'œuvre d'art peut contenir des symboles significatisf pour le créateur de l'oeuvre.

L'art-thérapie est une méthode idéale pour se relaxer et résoudre très naturellement ses problèmes. Peu importe le talent ou le savoir-faire, le plus important est d'écouter sa "voix" intérieure et de s'exprimer à travers sa création artistique.

L’essentiel c’est de laissez "parler" votre intuition et votre spontanéité et de  faire taire la "voix" critique qui est en vous, en deux mots l’esthétique importe peu seule compte la connaissance de soi que l’on en retire.

peinture.jpg

02:35 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : thérapie, angoisse, dépression, stress, inhibition, détresse, émotions | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

03/03/2010

Psychologue : présentation

PRESENTATION

Catherine Granaux

 

Profession : psychologue clinicienne

 

Adresse professionnelle : 10 rue de Nesle 75006.

Métro Odéon.

 

Téléphone : 06 19 97 39 96

 

N° ADELI : 511 212 212 000 16

 

Qualification professionnelle : Psychologue qualifiée par Psy en mouvement

 

Courant méthodologique de psychothérapie : psychothérapie psychanalytique

 

Type de patients : Adolescent

                               Adulte

                               Angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, inceste, maltraitance,

                                anorexie, boulimie. 

Type de séance : Individuelle

                              En couple

Thérapie psychanalytique

Soutien psychologique

Passation éventuelle de test du Rorschach et du TAT

Génogramme de la famille

 

Description : Psychologue clinicienne titulaire du DESS, du DEA ainsi que d'un doctorat en psychologie clinique à l'université de Paris VII.

 

Société : cabinet libéral

 

Publication: Thèse sur les problématiques transgénérationnelles.

 

18/02/2010

PSYCHOLOGUE

PRESENTATION

Catherine Granaux

 

Profession : psychologue clinicienne

 

Adresse professionnelle : 10 rue de Nesle 75006. Métro Odéon.

 

Téléphone : 06 19 97 39 96

 

N° ADELI : 511 212 212 000 16

 

Qualification professionnelle : Psychologue qualifiée par Psy en mouvement

 

Courant méthodologique de psychothérapie : psychothérapie psychanalytique

 

Type de patients : Adolescent

                               Adulte

                               Angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, maltraitance. 

Type de séance : Individuelle

                              En couple

Thérapie psychanalytique

Soutien psychologique

Passation éventuelle de test du Rorschach et du TAT

Génogramme de la famille

 

Description : Psychologue clinicienne titulaire du DESS de psychologie clinique et du DEA de psychologie clinique à Paris VII.

 

Société : cabinet libéral

 

Publication: Thèse  sur les problématiques transgénérationnelles.

10:19 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : psychologie, thérapie, angoisse, depression, addiction | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

17/02/2010

DEPRESSION

Ours_triste.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Qu'est-ce que la dépression ?

La dépression est un "état psychique pathologique associant une modification pénible de l'humeur et un ralentissement de l'activité intellectuelle et motrice".
C'est un état morbide, plus ou moins durable, caractérisé par la tristesse et une diminution du tonus de l'énergie.

Symptômes de la dépression

On distingue deux types de dépression :

1 / la dépression majeure qui consiste en un ou plusieurs épisodes dépressifs majeurs tranchant avec le fonctionnement habituel de la personne.
2 / la dysthymie qui est caractérisée par des symptômes dépressifs chroniques, moins sévères, persistants pendant plusieurs années.

Les principaux symptômes permettant de diagnostiquer une dépression chez une personne sont les suivants :

- humeur dépressive
- diminution marquée de l'intérêt ou du plaisir
- troubles de l'alimentation
- troubles du sommeil
- agitation ou ralentissement psychomoteur
- fatigue ou perte d'énergie
- autodévalorisation ou sentiment de culpabilité excessive
- diminution de l'aptitude à penser ou à se concentrer ou
   indécision
- pensées morbides
- pensées suicidaires

Qu'est-ce que la dépression ?

La dépression est un "état psychique pathologique associant une modification pénible de l'humeur et un ralentissement de l'activité intellectuelle et motrice".
C'est un état morbide, plus ou moins durable, caractérisé par la tristesse et une diminution du tonus de l'énergie.

Symptômes de la dépression

On distingue deux types de dépression :

1 / la dépression majeure qui consiste en un ou plusieurs épisodes dépressifs majeurs tranchant avec le fonctionnement habituel de la personne.
2 / la dysthymie qui est caractérisée par des symptômes dépressifs chroniques, moins sévères, persistants pendant plusieurs années.

Les principaux symptômes permettant de diagnostiquer une dépression chez une personne sont les suivants :

- humeur dépressive
- diminution marquée de l'intérêt ou du plaisir
- troubles de l'alimentation
- troubles du sommeil
- agitation ou ralentissement psychomoteur
- fatigue ou perte d'énergie
- autodévalorisation ou sentiment de culpabilité excessive
- diminution de l'aptitude à penser ou à se concentrer ou
   indécision
- pensées morbides
- pensées suicidaires

Une thérapie soulève les problématiques inconscientes et permet ainsi de sortir de la dépression.

12:08 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : depression, angoisse | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

28/12/2009

SYNDROME DE MUNCHAUSEN PAR PROCURATION

Traumatisme, dépression,angoisse

Le terme de syndrome de Munschausen par procuration désigne un trouble factice au cours duquel un parent, la mère généralement, produit ou simule chez l'enfant des symptômes ou une maladie dans le but de lui faire jouer le rôle du malade, puis le présente aux médecins pour qu'il soit soumis à des traitements et à des examens multiples.

Le DSM-IV ne considère pas le syndrome de Munchausen comme une maladie mentale. Il le définit comme une production intentionnelle où le fait de feindre des signes physiques chez une personne dont on prend soin, se fait dans le but de lui faire jouer le rôle du malade. Dans ce syndrome, la perception du caractère bien ou mal est quasiment toujours présente et apparaît indirectement évidente par le caractère prémédité et simulé de ces faits Sinon, les méfaits ne seraient pas perpétrés de manière déguisée et secrète.

Cette forme grave de maltraitance est caractérisée par une double distorsion de la triade classique en pédiatrie : parents-enfant-médecin.

En effet, la mère exerce son action sur l'enfant, mais aussi influence et manipule le corps médical. Les médecins  prescrivent des examens complémentaires, des bilans invasifs voire des interventions chirurgicales inutiles et même dangereux pour l'enfant, jouant un rôle important dans la génèse et la durée de ce syndrome, se détournant à leur insu de leur fonction soignante.

C'est donc la conséquence d'un double mécanisme de maltraitance, à savoir l'action conjuguée du parent et des médecins

Le terme de syndrome de Munchausen par procuration ne sous entend pas une procuration du parent à l'enfant, car si l'enfant joue le rôle du malade à la place de sa mère, il n'a aucun pouvoir. C'est l'agresseur qui demeure le principal acteur en instrumentalisant son enfant, en s'en remettant au médecin pour agir. Celui ci ignore sa participation, ce qui concourt à retarder le diagnostic, parfois posé après de nombreuses années

Peu étudiée en France, cette maltraitance induit  chez l'enfant un traumatisme majeur.


[1] Polle est le nom du fils du baron de Munchausen décédé à l'âge de un an.

 

10:45 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : depression, angoisse, traumatisme, mère | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

25/12/2009

LA DEPRESSION

Ours_triste.jpg

 

Qu'est-ce que la dépression ?

La dépression est un "état psychique pathologique associant une modification pénible de l'humeur et un ralentissement de l'activité intellectuelle et motrice".
C'est un état morbide, plus ou moins durable, caractérisé par la tristesse et une diminution du tonus de l'énergie.

Symptômes de la dépression

On distingue deux types de dépression :

1 / la dépression majeure qui consiste en un ou plusieurs épisodes dépressifs majeurs tranchant avec le fonctionnement habituel de la personne.
2 / la dysthymie qui est caractérisée par des symptômes dépressifs chroniques, moins sévères, persistants pendant plusieurs années.

Les principaux symptômes permettant de diagnostiquer une dépression chez une personne sont les suivants :

- humeur dépressive
- diminution marquée de l'intérêt ou du plaisir
- troubles de l'alimentation
- troubles du sommeil
- agitation ou ralentissement psychomoteur
- fatigue ou perte d'énergie
- autodévalorisation ou sentiment de culpabilité excessive
- diminution de l'aptitude à penser ou à se concentrer ou
   indécision
- pensées morbides
- pensées suicidaires

19:57 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dépression, idées suicidaires | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu