Avertir le modérateur

13/06/2012

S'en sortir (diaporama)

 

http://www.kizoa.fr/diaporama/d2793457kP127442200o2/s'en-...

01:03 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : diaporama, psychologie, angoisse, addiction, secret, inceste, maltraitance | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

15/03/2011

PRESENTATION

Psychologue clinicienne

Catherine Granaux

 

Profession : psychologue clinicienne

 

Adresse professionnelle : 10 rue de Nesle 75006 Paris.

Métro Odéon.

 

Téléphone : 06 19 97 39 96

 

N° ADELI : 75 93 4117 5

 

N° SIRET :  511 212 212 000 16

 

Qualification professionnelle : Psychologue qualifiée par Psy en mouvement

 

Courant méthodologique de psychothérapie : psychothérapie psychanalytique

 

Type de patients : Adolescent

                               Adulte

                               Angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, inceste, maltraitance,

                               anorexie, boulimie. 

Type de séance : Individuelle

                              En couple

Thérapie psychanalytique

Soutien psychologique

Passation éventuelle de test du Rorschach et du TAT

Génogramme de la famille

 

Description : Psychologue clinicienne titulaire du DESS de psychologie clinique et du DEA de psychologie clinique à Paris VII. Doctorat en psychopathologie et psychanalyse.

 
 
 

09:05 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, inceste, maltraitance | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

16/07/2010

PHOBIE SCOLAIRE

imagesCA36URAO.jpgOn estime que 3 à 5 % des enfants en âge scolaire en sont atteints. À ses débuts, cette phobie se manifeste par de l'anxiété, des insomnies, des difficultés respiratoires, de l'eeczéma, de la tachycardie, des vomissements, des évanouissements... Pour ces raisons, le diagnostic de phobie scolaire n'est pas immédiatement posé et on perd souvent un temps précieux à rechercher d'autres causes. L'enfant atteint est rapidement épuisé tant physiquement que psychologiquement. Les absences sont d'abord espacées puis elles se rapprochent et aboutissent souvent à une déscolarisation complète car, plus le jeune s'absente de l'école, plus l'idée d'y retourner l'angoisse. L'obligation d'aller en cours se solde le plus souvent par de grosses crises et parfois même desconduites suicidaires.

Comme toute phobie, cette une peur immense, incontrôlable et inexplicable à première vue est en fait un trouble psychologique. Il est donc très difficile d'obliger une personne phobique à affronter sa phobie et, sans une aide psychologique, la phobie scolaire peut parfois prendre des formes graves et rendre impossible toute sortie hors du domicile familial : il arrive que certains ados passent des années scolaires entières à prendre des cours particuliers sans sortir de chez eux ni voir aucun ami. La question de l'avenir se pose alors. Le risque étant l'incapacité à vivre en société, à travailler, à avoir des relations sociales et affectives

08:59 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : anxiété, insomnie, angoisse | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

27/05/2010

BOULIMIE

imagesCAPR0DGZ.jpg

La boulimie est un des troubles des conduites alimentaires, qui se caractérise par un rapport pathologique à la nourriture se manifestant par des ingestions excessives d'aliments, de façon répétitive et durable. On peut observer chez les personnes boulimiques une dynamique de suradaptation à l’environnement. Les besoins et les désirs de l’environnement sont prioritaires, les leurs sont réprimés, vécus comme dangereux car elles ont peur de perdre l’amour de l’autre.

C'est pour cela qu'il y a incapacité à opposer un refus sinon par la fuite, une peur de la confrontation, une trop grande sensibilité au regard de l'autre. Elles développent ainsi une fausse personnalité, un faux-self. En conséquence, elles sont souvent dans l'ignorance de ce qu'elles veulent, indépendamment de leur besoin d'être aimées.

On retrouve un sentiment constant de vide et d’ennui, la terreur de décevoir l’autre, l’angoisse d’abandon, le sentiment d’être transparente, la solitude, la nullité et la honte, la rage quand elle déborde et bien sûr la culpabilité. La personne se coupe de beaucoup de ses émotions. Le fait même d’être dans le désir de l’autre entraîne la négligence de leur propre ressenti. Pour survivre, il va être indispensable de garder l’illusion d’avoir de bons parents, au prix du refoulement du passé, du déni et du clivage. ll y a anesthésie des émotions y compris de la souffrance. La personne devra se sentir accompagnée par le thérapeute, suffisamment rassurant et ferme pour qu’elle accepte d’écouter leurs ressentis.

L’amélioration se manifeste aussi par une meilleure tolérance au bon et au mauvais, avec soi et avec l’environnement. Elles supportent mieux les frustrations de la vie, elles deviennent moins sensibles au regard d’autrui et sont moins corrosives vis-à-vis d’elles-mêmes. Le contenu des émergences se modifie avec moins de honte et de mépris de soi. La disparition du déni et la diminution des phénomènes de clivage montrent qu’elles peuvent se confronter à la souffrance sans trop de désorganisation et de clivage.

 

 

 

00:21 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boulimie, déni, clivage, faux self, angoisse, honte, rage, culpabilité | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

28/04/2010

BOULIMIE ANOREXIE

_boulimie-small_s.jpgLa boulimie et l’anorexie font partie des conduites addictives. La boulimie se caractérise par des épisodes impulsifs de suralimentation, alors que l’anorexie se définit par l’absence de prise de nourriture. Elles ne sont pas à mettre en opposition puisqu’elles coexistent fréquemment chez une même personne.

La boulimie et l’anorexie touchent surtout les femmes, mais également les hommes. L’anorexie est mortelle, avec un taux de mortalité de 5 à 9 % selon les sources; elle nécessite un suivi médical. 

La boulimie se caractérise par des crises irrépressibles et répétées d’absorption massive de nourriture. Elle s’accompagne de:

- un sentiment de perte de contrôle de l’alimentation (impossibilité de contrôler les quantités consommées, le choix des aliments, le temps de la crise).
- des comportements compensatoires ayant pour fonction d’annuler la suralimentation (vomissements, laxatifs, exercices physiques excessifs, jeûne,….).
- un sentiment de vide interne, une tension (comblés par l’ingestion massive).
- une mauvaise estime de soi, influencée de manière excessive par le poids et la forme corporelle.
- des troubles de la perception de l’image du corps

Pour les personnes souffrant d’anorexie-boulimie , selon le vécu de chacun, la thérapie permettra notamment de travailler les points suivants:

- le non-dit et l’affirmation de soi
- l’image corporelle et l’estime de soi
- les troubles anxieux, le stress post-traumatique
- la gestion des émotions et des besoins
- les carences affectives et identitaires

12/04/2010

Psychologue clinicienne

Catherine Granaux

 

Profession : psychologue clinicienne

 

Adresse professionnelle : 10 rue de Nesle 75006. Métro Odéon.

 

Téléphone : 06 19 97 39 96

 

N° ADELI : 511 212 212 000 16

 

Qualification professionnelle : Psychologue qualifiée par Psy en mouvement

 

Courant méthodologique de psychothérapie : psychothérapie psychanalytique

 

Type de patients : Adolescent

                               Adulte

                               Angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, inceste, maltraitance,

                                anorexie, boulimie. 

Type de séance : Individuelle

                              En couple

Thérapie psychanalytique

Soutien psychologique

Passation éventuelle de test du Rorschach et du TAT

Génogramme de la famille

 

Description : Psychologue clinicienne titulaire du DESS de psychologie clinique, du DEA de psychologie clinique à Paris VII ainsi que d'un doctorat en psychologie clinique.

00:27 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, inceste, maltraitance | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

31/03/2010

L' automutilation à l'adolescence

Angoisse.jpgL’automutilation est une blessure que l’on s’inflige  soi-même. Il s’agit de violences physiques cutanées qui comprennent, outre des lacérations, des brûlures, essentiellement avec des cigarettes. Ce comportement prédomine à l’adolescence et particulièrement chez les filles.

« Se couper » soulage une douleur intérieure : le sang qui coule remplace les larmes. Les coupures par les lames  calment  l’angoisse.

La souffrance provoquée leur permet de se sentir « vivre ». Il arrive que ce sentiment d’exister soit particulièrement faible, et c’est dans ce contexte que les automutilations interviennent : souffrir donne le sentiment d’exister quand plus rien n’existe ou quand on a le sentiment de ne plus exister  pour soi, donc permet durant un laps de temps de sortir d’un statut de mort-vivant.

Dès que l’angoisse excède un certain seuil, le sang versé silencieusement et secrètement  apaise l’excès de tension sans pour autant alerter la famille, violence muette retournée contre soi. Ainsi les apparences sont sauves… 

00:53 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : automutilation, violence, angoisse, mort-vivant, secret, adolescence | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

30/03/2010

SEPARATION-INDIVIDUATION

Mahler stipule que dans la réactivité de la dépression les traumatismes de la phase séparation-individuation.
C'est une phase préoedipienne du développement psychique. Mahler a décrit ce processus de séparation-individuation comme une différenciation du self de l'enfant, un sentiment d'individualité naissant qui prend place dans la psyché. Cette phase peut engendrer des conflits importants chez l'enfant. L'incompréhension émotive de la mère envers son enfant qui se dirige vers son indépendance peut influer sur son estime de soi de façon négative, interprétée et ressentie par l'enfant comme un sentiment d'abandon. L'angoisse de perte d'objet fait son apparition créant une base fertile pour l'affect dépressif. La réaction dépressive serait une réponse angoissante, difficile émotionnellement , associée à des affects d'incomplétude.


Mahler.M., Pine, F.Bergman.A (1980) La naissance psychologique de l'être humain. Paris. Payot

08:54 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : dépression, traumatisme, séparation, individuation, abandon, angoisse | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

23/03/2010

STRESS, ANGOISSE ET ANXIETE


L'inquiétude ou l'anxiété est un vécu extrêmement fréquent que nous connaissons tous plus ou moins.
L'anxiété est anormale lorsqu'elle empêche la personne de mener librement sa vie, lorsqu'elle devient un handicap. Elle doit alors être traitée.
Les médecins emploient le terme de troubles anxieux pour désigner des manifestations dominées par l'anxiété, la peur, l'inquiétude, le désarroi profond ou bien des comportements destinés à éviter des situations angoissantes (comportements d'évitement) ou des rituels excessifs nécessaires pour calmer une angoisse.

Les médecins distinguent 6 troubles anxieux différents :
    * l'anxiété généralisée est une anxiété chronique, c'est à dire qu'elle dure depuis des mois ou des années
    * le trouble panique où l'anxiété se manifeste par des crises aiguës d'angoisse.
    * le trouble obsessionnel compulsif (TOC) où la personne est obligée de faire un rituel (compulsif) afin de chasser une pensée angoissante (obsessionnelle).
    * la phobie sociale (phobie = crainte) est la peur d'être observée et jugée négativement.
    * les phobies simples encore appelées phobies spécifiques (précises) où l'angoisse est déclenchée par des éléments bien précis (peur de l'obscurité, du cancer, des chats).
    * l'état de stress post-traumatique où la personne revit durablement un traumatisme très violent.

Toutes ces manifestations entravent considérablement la vie du sujet et nécessitent une psychothérapie.

 

 

munch_TheScream.jpg

11/03/2010

TRAUMATISME PSYCHIQUE

mal-de-tete.jpg

Evènement qui par sa violence et sa soudaineté, entraîne un afflux d’excitation suffisant à mettre en échec les mécanismes de défense habituellement efficaces, le traumatisme produit souvent un état de sidération et entraîne à plus ou moins long terme une désorganisation dans l’économie psychique. Ce qui rend une expérience traumatisante, est bien l’incapacité de l’appareil psychique à évacuer selon le principe de constance l’excès d’excitation, qu’elle provienne de l’action pathogène d’un évènement brutal ou encore d’une série d’incidents dont l’effet s’additionne.

L’accent est mis sur l’état de détresse, ce qu’éprouve le bébé sans recours  à un état de tension en l’absence de sa mère devient le prototype de toutes les  situations traumatiques  quand l’angoisse signal d’alarme faisant défaut, le Moi se trouve submergé par l’irruption pulsionnelle et impuissant à la contenir.

Des réflexions freudiennes de 1926 s’est dégagée de nos jours la notion de traumatisme narcissique, correspondant à l’incapacité du Moi à lier l’excitation consécutive à une perte qu’elle soit objectale ou narcissique, présentée par les patients dans un deuil pathologique.

10:05 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : traumatisme, violence, sidération, détresse, angoisse, deuil | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

09/03/2010

QUAND CONSULTER UN PSYCHOLOGUE ?

L'exercice de la profession de psychologue est protégé en France. Il est régi par un code de déontologie adopté le 25 mars 1996 par les principales organisations professionnelles. Son objectif est de protéger le public et les psychologues contre les mauvais usages de la psychologie et l'abus des méthodes qui se réclament de cette discipline sans pourtant y appartenir.

 

LE PSYCHOLOGUE possède une formation universitaire spécialisée en psychologie (niveau bac +5). Cette formation est centrée sur la compréhension du comportement humain et, pour les psychologues cliniciens, qui ont suivi des stages supervisés au cours de leurs études sur la capacité à être attentifs aux difficultés d'autrui. Le psychologue connaît les techniques d'entretien. Le psychologue peut recourir aux tests psychologiques pour évaluer les capacités intellectuelles, les aptitudes ou différents aspects de la personnalité de son patient.

Le titre de psychologue est protégé, ce qui veut dire que tous les psychologues doivent avoir une licence et une maîtrise en psychologie, ainsi qu'un D.E.S.S. ou un D.E.A. avec des stages professionnels, toujours dans la filière psychologie.

Chacun est libre de consulter un psychologue  Les motifs les plus fréquents sont les suivants:

Parce qu'on éprouve des difficultés personnelles: on se sent mal dans sa peau, on a peur de ceci ou cela, on est angoissé, déprimé ou stressé; en somme, on sait que quelque chose ne va pas, qui nous empêche de nous épanouir;

En cas de toxicomanie et/d'addiction aux médicaments , à l'alcool, aux drogues;

 

En cas d'anorexie, de boulimie, de sensation d'ennui,de vide;


Parce qu'on vit une épreuve : on a fréquemment besoin d'aide lors d'événements douloureux tels qu'une maladie grave, un deuil, une séparation, un échec, une perte d'emploi, etc.;

Parce qu'on éprouve des difficultés dans ses relations avec les autres: au sein du couple, de la famille, ou encore parce qu'on se sent seul, isolé;

Parce qu'on juge sa sexualité insatisfaisante ou qu'on est victime d'abus sexuel; 

Parce qu'on veut vivre différemment: sans que ce soit nécessairement dû à une existence difficile, on veut mieux se connaître, on veut développer ses potentiels, enrichir sa vie et engager une démarche d'évolution personnelle;

Parce qu'on a une décision à prendre: pour en analyser les avantages et les inconvénients, pour se préparer aux conséquences de la décision, pour y voir plus clair, etc.;

Parce qu'on veut s'orienter: ou devrais-je investir mes énergies, vers quels objectifs diriger ma carrière, ma vie ?

Le premier entretien est toujours gratuit.

tunnel.jpg

                                                      Enfin  voir le bout du tunnel

10:18 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : angoisse, dépression, abus sexuel, addiction, anorexie, boulime, toxicomanie, deuil | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

06/03/2010

THERAPIE PAR L'ART

 

 

 

L'art-thérapie est l'utilisation de l'expression artistique dans l'aide aux personnes qui ont des difficultés à exprimer leurs maux psychiques (angoisse, dépression, stress, inhibition)

L'art-thérapie apporte aussi un soutien thérapeutique aux personnes confrontées à une détresse émotionnelle. Le principe de base est d'encourager les patients à exprimer leurs sentiments et émotions sous une forme visuelle ou plastique (peinture,
dessin..). Les émotions et les contenus inconscients peuvent être approchés par l'art-thérapie plus facilement et plus rapidement qu'avec la parole


Le plus important lors d'une séance d'art-thérapie est de surmonter la crainte de s'exprimer, de faire ressurgir des émotions et sentiments refoulés dans notre inconscient et d'aider à connaître leurs origines.

Un autre aspect positif de l'art-thérapie est le fait que l'œuvre d'art peut contenir des symboles significatisf pour le créateur de l'oeuvre.

L'art-thérapie est une méthode idéale pour se relaxer et résoudre très naturellement ses problèmes. Peu importe le talent ou le savoir-faire, le plus important est d'écouter sa "voix" intérieure et de s'exprimer à travers sa création artistique.

L’essentiel c’est de laissez "parler" votre intuition et votre spontanéité et de  faire taire la "voix" critique qui est en vous, en deux mots l’esthétique importe peu seule compte la connaissance de soi que l’on en retire.

peinture.jpg

02:35 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : thérapie, angoisse, dépression, stress, inhibition, détresse, émotions | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

03/03/2010

Psychologue : présentation

PRESENTATION

Catherine Granaux

 

Profession : psychologue clinicienne

 

Adresse professionnelle : 10 rue de Nesle 75006.

Métro Odéon.

 

Téléphone : 06 19 97 39 96

 

N° ADELI : 511 212 212 000 16

 

Qualification professionnelle : Psychologue qualifiée par Psy en mouvement

 

Courant méthodologique de psychothérapie : psychothérapie psychanalytique

 

Type de patients : Adolescent

                               Adulte

                               Angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, inceste, maltraitance,

                                anorexie, boulimie. 

Type de séance : Individuelle

                              En couple

Thérapie psychanalytique

Soutien psychologique

Passation éventuelle de test du Rorschach et du TAT

Génogramme de la famille

 

Description : Psychologue clinicienne titulaire du DESS, du DEA ainsi que d'un doctorat en psychologie clinique à l'université de Paris VII.

 

Société : cabinet libéral

 

Publication: Thèse sur les problématiques transgénérationnelles.

 

26/02/2010

SUICIDE

suicide-collectif.jpgPour Sigmund Freud, le suicide est une forme d'homicide: "nul n'est à même de trouver l'énergie psychique de se tuer, à moins de commencer par tuer quelqu'un à qui il s'est identifié".

Le suicide exprime à la fois un désir de mourir, un désir de commettre l'acte de tuer et un désir d'être tué.

Le suicide peut avoir trois fonctions:

 1. Évitement. Il s'agit de la fuite face à une situation douloureuse inacceptable, que ce soit au niveau somatique (cancer par exemple) ou psychologique comme un deuil, de l'angoisse.

 2. Auto-agression. C'est le retournement de l'agression contre soi-même , symptomatique des mélancolies.

 3. Appel au secours. C'est un message désespéré adressé à l'entourage perçu hostile ou indifférent. Il s'agit ici d'une tentative de suicide avec appel à autrui pour qu'il intervienne. Le suicide, qui n'était pas recherché, se réalise quand les secours ne sont pas intervenus assez rapidement.

 Les causes de son geste se trouvent dans des réponses à des questions relevant de son histoire: que s'était il passé dans sa vie? Dans celle de ses parents? Comment avait il été soutenu, aidé dans son désir de vie ?
Quelle valeur s'accordait-il ?

11:24 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : suicide, angoisse, deuil, anxiété, appel au secours | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

18/02/2010

PSYCHOLOGUE

PRESENTATION

Catherine Granaux

 

Profession : psychologue clinicienne

 

Adresse professionnelle : 10 rue de Nesle 75006. Métro Odéon.

 

Téléphone : 06 19 97 39 96

 

N° ADELI : 511 212 212 000 16

 

Qualification professionnelle : Psychologue qualifiée par Psy en mouvement

 

Courant méthodologique de psychothérapie : psychothérapie psychanalytique

 

Type de patients : Adolescent

                               Adulte

                               Angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, maltraitance. 

Type de séance : Individuelle

                              En couple

Thérapie psychanalytique

Soutien psychologique

Passation éventuelle de test du Rorschach et du TAT

Génogramme de la famille

 

Description : Psychologue clinicienne titulaire du DESS de psychologie clinique et du DEA de psychologie clinique à Paris VII.

 

Société : cabinet libéral

 

Publication: Thèse  sur les problématiques transgénérationnelles.

10:19 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : psychologie, thérapie, angoisse, depression, addiction | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

17/02/2010

DEPRESSION

Ours_triste.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Qu'est-ce que la dépression ?

La dépression est un "état psychique pathologique associant une modification pénible de l'humeur et un ralentissement de l'activité intellectuelle et motrice".
C'est un état morbide, plus ou moins durable, caractérisé par la tristesse et une diminution du tonus de l'énergie.

Symptômes de la dépression

On distingue deux types de dépression :

1 / la dépression majeure qui consiste en un ou plusieurs épisodes dépressifs majeurs tranchant avec le fonctionnement habituel de la personne.
2 / la dysthymie qui est caractérisée par des symptômes dépressifs chroniques, moins sévères, persistants pendant plusieurs années.

Les principaux symptômes permettant de diagnostiquer une dépression chez une personne sont les suivants :

- humeur dépressive
- diminution marquée de l'intérêt ou du plaisir
- troubles de l'alimentation
- troubles du sommeil
- agitation ou ralentissement psychomoteur
- fatigue ou perte d'énergie
- autodévalorisation ou sentiment de culpabilité excessive
- diminution de l'aptitude à penser ou à se concentrer ou
   indécision
- pensées morbides
- pensées suicidaires

Qu'est-ce que la dépression ?

La dépression est un "état psychique pathologique associant une modification pénible de l'humeur et un ralentissement de l'activité intellectuelle et motrice".
C'est un état morbide, plus ou moins durable, caractérisé par la tristesse et une diminution du tonus de l'énergie.

Symptômes de la dépression

On distingue deux types de dépression :

1 / la dépression majeure qui consiste en un ou plusieurs épisodes dépressifs majeurs tranchant avec le fonctionnement habituel de la personne.
2 / la dysthymie qui est caractérisée par des symptômes dépressifs chroniques, moins sévères, persistants pendant plusieurs années.

Les principaux symptômes permettant de diagnostiquer une dépression chez une personne sont les suivants :

- humeur dépressive
- diminution marquée de l'intérêt ou du plaisir
- troubles de l'alimentation
- troubles du sommeil
- agitation ou ralentissement psychomoteur
- fatigue ou perte d'énergie
- autodévalorisation ou sentiment de culpabilité excessive
- diminution de l'aptitude à penser ou à se concentrer ou
   indécision
- pensées morbides
- pensées suicidaires

Une thérapie soulève les problématiques inconscientes et permet ainsi de sortir de la dépression.

12:08 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : depression, angoisse | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

28/12/2009

SYNDROME DE MUNCHAUSEN PAR PROCURATION

Traumatisme, dépression,angoisse

Le terme de syndrome de Munschausen par procuration désigne un trouble factice au cours duquel un parent, la mère généralement, produit ou simule chez l'enfant des symptômes ou une maladie dans le but de lui faire jouer le rôle du malade, puis le présente aux médecins pour qu'il soit soumis à des traitements et à des examens multiples.

Le DSM-IV ne considère pas le syndrome de Munchausen comme une maladie mentale. Il le définit comme une production intentionnelle où le fait de feindre des signes physiques chez une personne dont on prend soin, se fait dans le but de lui faire jouer le rôle du malade. Dans ce syndrome, la perception du caractère bien ou mal est quasiment toujours présente et apparaît indirectement évidente par le caractère prémédité et simulé de ces faits Sinon, les méfaits ne seraient pas perpétrés de manière déguisée et secrète.

Cette forme grave de maltraitance est caractérisée par une double distorsion de la triade classique en pédiatrie : parents-enfant-médecin.

En effet, la mère exerce son action sur l'enfant, mais aussi influence et manipule le corps médical. Les médecins  prescrivent des examens complémentaires, des bilans invasifs voire des interventions chirurgicales inutiles et même dangereux pour l'enfant, jouant un rôle important dans la génèse et la durée de ce syndrome, se détournant à leur insu de leur fonction soignante.

C'est donc la conséquence d'un double mécanisme de maltraitance, à savoir l'action conjuguée du parent et des médecins

Le terme de syndrome de Munchausen par procuration ne sous entend pas une procuration du parent à l'enfant, car si l'enfant joue le rôle du malade à la place de sa mère, il n'a aucun pouvoir. C'est l'agresseur qui demeure le principal acteur en instrumentalisant son enfant, en s'en remettant au médecin pour agir. Celui ci ignore sa participation, ce qui concourt à retarder le diagnostic, parfois posé après de nombreuses années

Peu étudiée en France, cette maltraitance induit  chez l'enfant un traumatisme majeur.


[1] Polle est le nom du fils du baron de Munchausen décédé à l'âge de un an.

 

10:45 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : depression, angoisse, traumatisme, mère | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu