Avertir le modérateur

08/01/2010

TRAUMATISME:IDENTIFICATION A L'AGRESSEUR

enfant-triste.jpg

 Identification à l'agresseur

 

 Le concept d'identification à l'agresseur a été introduit par Ferenczi et décrit par la suite par A. Freud (1936). Par ce mécanisme de défense, "le sujet confronté à un danger extérieur, s'identifie à son agresseur, soit en reprenant à son compte l'agression telle quelle, soit en imitant physiquement ou moralement la personne de l'agresseur, soit en adoptant certains symboles de puissance qui le désignent"[2] . Ce mécanisme psychologique va permettre à l'enfant abusé, en introjectant une partie des caractéristiques de son agresseur de passer d'une position passive à une position active.

Dans ce mouvement identificatoire, l'enfant se soumet masochistement à l'objet d'amour de l'agresseur qui se transforme en haine d'objet et en haine de soi après coup. La haine et l'agressivité ressenties sont alors retournées contre soi. L'agressivité et la haine d'objet  engendrent des sentiments profonds de culpabilité chez la victime.

L'enfant devient son propre mauvais objet tout en continuant à aimer ses parents. Un lien libidinal est ainsi préservé et le tient autant soi peu à l'existence et le retient « au bord d'un gouffre psychique mortel »[3]. L'enfant victime intériorise la culpabilité que ne ressent pas l'agresseur : « l'enfant est déjà clivé, à la fois innocent et coupable, et sa confiance dans le témoignage de ses propres sens est brisé [4] »

 Ce que confirme x, victime d'inceste :

« Parfois il pleurait et à chaque fois j'avais la sensation d'avoir le cœur déchiré, il me l'arrachait. Cet homme m'émouvait......  Mon pauvre papa » 

D'autres mécanismes de défense, tels que la dissociation et le clivage, sont souvent associés avec celui de l'identification à l'agresseur. X : « C'est difficile de dire oui maman est bien et maman n'est pas bien en même temps »

 L'identification à l'agresseur permettrait à la victime de se préserver de la confusion entre ses représentations de soi et de l'objet, et de conserver sa capacité d'attachement nécessaire à sa survie physique et psychique.

Ce mécanisme psychologique de défense peut expliquer pourquoi, les abusés développent plus de fantasmes à connotation pédophilique que les non abusés. Selon certains auteurs d'orientation psycho dynamique en élaborant un scénario pervers en fantasme ou en acte, le sujet lutte contre la perte d'identité, notamment sexuelle et cherche à se prémunir des affects pénibles, tels que la dépression ou les sentiments de rejet lié à ses expériences infantiles. Pour Mc Dougall[5] , le scénario ou l'acte pervers permet à l'individu d'éviter le danger de perdre le droit à exister et celui de se perdre dans la relation à l'autre.



[2] Laplanche et Pontalis, Vocabulaire de la psychanalyse, Paris, PUF, p190

[3] Papazian, B, bref essai d'analyse des mécanismes inconscients qui interviennent dans la répétition transgénérationnelle d'abus physiques ou sexuels, psychiatriede  l'enfant,XXXXVII,2,1994 :                                                                                                                                                              

[5]  MCDougall,  J, Essai sur la perversion, in, Les perversions : chemins de traverse, Paris, Tchou, 1980

 

 

 

 

09:13 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

01/01/2010

TOXICOMANIE : ADDICTION AU CANNABIS

ADDICTION AU CANNABISdrog002.gif

Face à la rigidité du système de normes familiales et à l'impossibilité  d'affirmer sa différence, lejeune  toxicomane adopte une stratégie d'évitement des conflits, il continue à s'opposer silencieusement, ce qui a toujours contribué à maintenir « l'harmonie » au niveau du fonctionnement familial. Il reste ainsi  pleinement dépendant de ses parents tout en gardant une apparence de rébellion. « Le haschisch rend sage » dit un usager . Effectivement sous son influence, il s'immobilise dans une passivité non dénuée de jouissance et reste ainsi fidèle aux injonctions parentales et surtout maternelles.

.

18:32 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

31/12/2009

SEXUALITE ET TRAUMATISME : L'INCESTUEL

zen.jpgL'incestuel est défini comme équivalent incestueux, il met en évidence un fonctionnement mental antifantasmatique, non représentatif, antisymbolique, complètement centré sur l'agir et le faire agir. L'incestuel condense la séduction narcissique et la séduction sexuelle, il s'origine dans un cadre familial qui nie la différence des sexes et des générations de même que la fonction paternelle. Il s'exprime dans un effacement des limites et peut désigner un climat familial pervers où l'enfant n'a pas statut de personne mais d'instrument au service du narcissisme des parents. L'incestuel est ce qui dans la vie psychique individuelle, familiale, porte l'empreinte de l'inceste, ni fantasmé, ni symbolisé sans qu'en soient nécessairement accomplies les formes corporelles.

voici l'auteur qui en parle le mieux.

Racamier. PC, L'inceste et l'incestuel, Paris, Les éditions du collège. 1995.

 

01:20 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

29/12/2009

ABUS SEXUEL ET PASSAGE A L'ACTE

Passage à l'acte et traumatisme

 

Le passage à l'acte pose le problème des rapports entre la pensée et l'action. Le basculement entre l'acte en fantasme et l'acte réel se trouve interrogé, lorsque celui ci devrait moralement être inhibé par des mécanismes de défense.

Il est l'effet d'un mode préoedipien du fonctionnement psychique où prédominent les processus primaires, incapables de tolérer la frustration, de reconnaître l'épreuve de réalité et de freiner la tendance à l'impulsivité.

L'acte évacue toute mentalisation et angoisse et prouve une carence d'élaboration psychique. En ce qui concerne les actes les plus violents, on peut parler d'effondrement narcissique. L'acte représente alors une preuve d'existence et n'est pas le résultat d'une construction psychique. D'où son aspect pulsionnel brutal. Tout abus de pouvoir devient une forme de transgression de l'interdit de l'inceste. L'agir  serait le passage du fantasme à sa mise en acte.

L'inceste véritable phénomène d'addiction, nécessite un agir au long cours et non un passage à l'acte lié au débordement des défenses. L'agir, à la fois processus d'auto engendrement et lutte contre l'effondrement dépressif, demeure le signe d'une souffrance psychique majeure qui cherche à s'élaborer, sans y parvenir, dans une mise en acte violente.

Une particularité du passage à l'acte sur le corps, c'est la chosification et sa dévitalisation, mécanismes défensifs. Dans ce type de relation la psyché et/ou le corps de l'autre sont investis de manière particulière, sous le règne de l'emprise.

L'enfant maltraité subit le comble de l'emprise paternelle, par l'injonction de devoir faire silence sur ce qui lui arrive.

L'enfant est un double, un retour à l'identique que le père n'abandonne jamais où il fait coïncider l'enfant réel avec l'enfant imaginaire.

Le machinal de la répétition l'emporte sur la mobilité, sur l'ouverture à l'altérité. Ce qui entraîne la croyance paternelle que l'enfant est consentant.

L'inceste vient signer le déni de la différence des sexes et des générations. L'interdit est donc le contenu propre du message lors du passage à l'acte. Car là où il y a une négation effective de la mort, il y a une déshumanisation. Le non-respect des besoins de l'enfant, donnant lieu à une atteinte narcissique, est facteur de répétition commémorative du noyau traumatique.

Néanmoins, la relation conjugale peut-être plus proche et la cohésion semble maintenue au prix de ces passages à l'acte qui permettent la dérivation d'une dépression après un deuil non résolu.

 

 

 

 

 

14:05 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

27/12/2009

VAMPIRISME ET DEPRESSION

Pour Freud, le surmoi, héritier du complexe d'oedipe, garantit la loi de l'interdiction de l'inceste et du parricide, les identifications oedipiennes et post oedipiennes, ainsi que la bisexualité psychique. Il inscrit en même temps que la culpabilité oedipienne, le complexe de castration, le refoulement et la conscience morale ainsi que la temporalité des trois âges de l'humain. Le sujet qui reconnaît ses désirs érotiques et agressifs peut entrer dans le champ du langage, de la symbolisation et de la sublimation.

Mais si le surmoi est concerné par la transmission des grands parents, il est remplacé par un idéal narcissique qui est une libido désexualisée omnipotente due à une identification primaire à la mère qui inclut une dimension magique, anténarcissique, sans image, sans miroir, imposée dans l'immédiateté ; une modalité de l'identification à l'agresseur.

Le vampirisme s'exprime par le passage à l'acte et ouvre la voie à la toxicomanie,à l angoisse,et à la dépression.

12:12 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

25/12/2009

LA DEPRESSION

Ours_triste.jpg

 

Qu'est-ce que la dépression ?

La dépression est un "état psychique pathologique associant une modification pénible de l'humeur et un ralentissement de l'activité intellectuelle et motrice".
C'est un état morbide, plus ou moins durable, caractérisé par la tristesse et une diminution du tonus de l'énergie.

Symptômes de la dépression

On distingue deux types de dépression :

1 / la dépression majeure qui consiste en un ou plusieurs épisodes dépressifs majeurs tranchant avec le fonctionnement habituel de la personne.
2 / la dysthymie qui est caractérisée par des symptômes dépressifs chroniques, moins sévères, persistants pendant plusieurs années.

Les principaux symptômes permettant de diagnostiquer une dépression chez une personne sont les suivants :

- humeur dépressive
- diminution marquée de l'intérêt ou du plaisir
- troubles de l'alimentation
- troubles du sommeil
- agitation ou ralentissement psychomoteur
- fatigue ou perte d'énergie
- autodévalorisation ou sentiment de culpabilité excessive
- diminution de l'aptitude à penser ou à se concentrer ou
   indécision
- pensées morbides
- pensées suicidaires

19:57 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dépression, idées suicidaires | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu