Avertir le modérateur

07/12/2010

TOXICOMANIE

  • eee9c4a2-397a-11dd-8461-f93f6446b96c.jpgPour le futur toxicomane, il va se passer, plus ou moins, quelque chose d'intermédiaire entre un stade du miroir réussi et un stade du miroir impossible.
  • L'enfant issu d'un milieu familial instable, non-sécurisant, aurait devant la glace l'impression d'un éclatement de son image, les milliers de morceaux de glace étant éparpillés partout. Il serait tentant de dire que les toxicomanes n'ont pas franchi l'étape du miroir, l'accès à l'unité de leur être. Ils sont dévorés par l'angoisse du morcellement ; le " miroir brisé " leur envoie une image d'eux-mêmes faite de mille possibilités mais d'une absence radicale d'unité.
  • Le toxicomane présente une partie malade et une partie non malade puisque chez lui, le stade du miroir, que Jacques Lacan instaure comme organisateur du Je, est en réalité un "stade du miroir brisé".
  • Avec cette notion, C. Olievenstein [1][1] indique un dérapage chez le sujet dépendant au niveau de la genèse de l'identification. Par cette métaphore de la brisure du miroir l'auteur explique que le sujet se découvre ainsi "autre", ce qui lui permet de rompre l'existence fusionnelle qu'il menait avec sa mère. Au moment où devait se constituer un moi différent du"Moi-fusionné-mère", tout se passe comme si, à cet instant, le miroir se brisait, renvoyant à la fois une image brisée et une incomplétude.  

[1]   C. Olievenstein: in "La vie du toxicomane", Paris PUF, "Nodules", 1982.

09:27 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : toxicomanie, mère, fusion, stade du miroir | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

Commentaires

Bonjour .
A mon avis, nous avons interet a pratiquer l'introspèction par la relaxation profonde .
J'ai mis fin a une addiction au tabac qui datait de mon adolescence en trois mois et je n'ai pris qu'un kg .Je n'ai resenti aucune gène ,aucun manque, aucune irritation ou nèrvosité.
La raison de cet arret, a ete financier (200 euros par mois environ)Il suffit de sentir notre corps a chaque fois que nous avons envie de fumer .J'ai pris entre autre des pastilles de nicotine pour une quantité de tabac egale a 20 cigarions fortement inhalés .
Les émotions ne sont pas une limite indépassables,mais un point ou nous devons utiliser notre force pour résister calmement a l'envie de détourner notre attention,je crois ?
Aller au dela ,nous pèrment d'agrabdir notre champ de conscience et aller bien au dela ,je crois .
Bonne année a vous .

Écrit par : bAd | 02/01/2011

Vous croyez bien, la volonté est certainement un des éléments moteurs dans le sevrage. Bravo en tous cas.
Bonne année à vous de même !

Écrit par : Granaux | 02/01/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu