Avertir le modérateur

02/07/2010

PERVERSION

satan_1.jpgLe pervers n'a pas un désir, mais un besoin demandant une satisfaction immédiate. L'autre n'existe pas. Le pervers pose la source de ce qui est bien et de ce qui est mal. Il existe chez lui des mécanismes abandonniques, ses modes de relation primitifs traduisant le manque de respect des parents à son égard. Il n'aura pas perception du manque, de l'interdit.

 

Sadisme : c'est le plaisir que l'on tire à faire souffrir ou humilier autrui. Dans le sadisme, il y a confusion entre le dynamisme érotique et le dynamisme agressif. Le but est de contrôler, maîtriser l'objet affectif corporellement (il y aura donc souvent investissement dans la musculature) et psychiquement (investissement dans les comportements manipulatoires.

 

Masochisme : c'est un retournement de l'agressivité sur soi. Le plaisir est atteint dans la souffrance et l'humiliation. La personne masochiste impose son scénario à son partenaire car celui-ci est un instrument pour lui.

 

Exhibitionnisme : c'est la tendance à montrer à des tiers ses organes sexuels, en érection ou non. Cela concerne essentiellement les jeunes hommes. Le but est de susciter l'effroi, le scandale. C'est alors une scène où les deux protagonistes se touchent du regard, avant la fuite. Le regard de la femme est l'équivalent du substitut phallique. Face à l'angoisse de castration, l'exhibitionniste a besoin que l'Autre réassure sa possession d'un pénis. Ce comportement correspond à la persistance d'une pulsion partielle qu'était l'exhibition devant la Mère pour la séduire.

 

Voyeurisme : consiste à épier autrui à son insu et dans son intimité. C'est un moyen pour contrôler visuellement la scène primitive vécue comme une agression dangereuse. C'est aussi un moyen de vivre par procuration le rapport sexuel sans la crainte du châtiment qu'est la castration. C'est enfin la recherche du pénis chez la femme.

 

Travestisme : c'est le plaisir sexuel apporté par le port du vêtement de l'autre sexe, ainsi que l'imitation des attitudes corporelles de cet autre sexe. Ce comportement correspond à une identification primaire à la Mère préœdipienne. La mère est vécue comme possédant le phallus (dans une inversion du complexe d'œdipe).

 

Fétichisme : perversion par déviation du but, le désir érotique se rapporte à une chose inanimée. C'est une défense contre l'angoisse de castration qui amène l'enfant à une véritable dénégation de l'absence de pénis chez sa mère. L'Objet fétiche est alors l'équivalent de ce phallus maternel dont la manifestation symbolique apparaît dans certains vêtements ou autres.

Commentaires

Bonjour.
Je ne suis pas un professionel ,mais en revanche,je suis un ancien exhibitionniste et je crois que j'ai une autre intèprétation a vous proposer .
Dés ma pubèrté, pendant laquelle j'ai souffèrt la répression familiale ,et la dévalorisation pour tout ce qui tourne autour du sexe asorti d'un isolement sociale invraisemblable,j'ai eu des dificultés sexuelles douloureuses .
j'ai tout de suite ete atiré par les filles ,mais je ne savais rien de leurs complicité,de leurs attente .
En gros,j'ai "ete élevé" dans un milieux déséquilibré ,comme un animal de compagnie auquel toute vie sexuelle,toute independance et libèrté etait intèrdite .
C'est ainsi que surmontant ma pudeur et ma crainte d'etre obcène,je me metais tout nu devant les filles puis peut a peut j'acompagnais mon aproche par une masturbation habile.
Trés vit cela est devenu un comportement compulsif tyranique ,qui me conduisit a savoir que c'etait intèrdit par la loi,et pouvait me mener tout droit en prison .
Cela me fit comprendre trés tot que c'etait soit la honteuse et effrayante castration physique de l'epoque ou la répression penale et morale .Je n'avais pas trop de choix donc.
Dans les années 60,deja,pour me libérer de mes pultions compulsives,j'ai échapé a la castration physique qui m'effrayait tant,par un traitement chimique qui m'a fait connaitre mes premières bouffées de chaleur .
Je sais depuis qu'en Inde, dés 14/16 ans,des hommes se font castrer par centaines ,mais pour d'autres raisons surement .
Des sèctes, comme les Skoptzys,les adorateurs de l'oignon,...., encouragent(aient) aussi la castration .
Longtemps,je souhaitais aussi cette castration libératrice ,tant décriée,qui etait pourtant la promese de ma libèrté; mais c'est deja tellement devenu tabou .
J'ai tout de meme fini par me faire enlever discrètement les testicules il y a deja longtemps .
Au début,c'etait cèrte un peut difficile a vivre,déstabilisant aussi .
Ne plus avoir de glandes sexuelles,devenir impuissant du jour au lendemain avec un penis qui diminu de plus en plus ...........

Aujourd'hui,je me rend compte que la castration physique n'est absoluement rien du tout a part quelques bouffées de chaleur et une cèrtaine prise de poids .
Aujourd'hui,pour les hommes en bonne santé,qui veulent se faire castrer sans effusion de sang,il y a Elastrator.
Ma plus grande libération fut celle que me pèrmis aprés ma castration physique,la prise de conscience des tensions du corps,en relation avec les émotions (relaxation, yoga) .............tout un programme .
Aujourd'hui,ma sexualité,ne me manque plus du tout .
Cordialement .

Écrit par : sortylege | 29/10/2010

Merci Sortylege pour ce témoignage boulerversant et fort.Si c'est ainsi que vous ressentez votre liberté et votre épanouissement personnel, je n'ai rien à dire à cela. Chacun fait ce qu'il peut de son passé et compose avec l'éducation parentale qu'il a reçue.
Vous avez traversé de terribles épreuves et à l'heure actuelle, il semble que la vie vous sourit de nouveau, après cette méthode radicale puis grâce au yoga et à la relaxation.
Vous n'agressez plus personne et ça, c'est peut-être la plus forte victoire que vous ayez gagnée.
Bien cordialement.

Écrit par : granaux | 30/10/2010

En effet la castration m'a libérée de plusieurs manières:
La dèstruction d'une peur envèrs la castration,d'une retenue.(accèptation)
La prise de distance envèrs les autres et la relativisation de la valeur de leurs croyances,de ce qu'ils sont.(un bon peut de mépris pour leurs afirmations conventionelles,leurs croyances puériles )
La disparition de l'ambiguité "relationelle"avec les femmes (je les vois désormais comme des etres émotifs et aveugles souvent .)
Les pultions sexuelles "habillent "(illusion)les femmes pour leur atribuer des qualités qu'elles n'ont pas .
L'instinct sexuel est un puissant halucinogène,je crois :-)
La tèchnique que j'emploi est trés puissante .Elle libère des tensions liées a des émotions parfois trés anciènes .
Je l'aurais apliqué bien plus avant,si j'en avis connu l'efficacité et j'aurais surement bien plus vit évolué ,mais "l'illumination"ne s'achète pas,je crois ?
Cordialement .

Écrit par : sortylege | 30/10/2010

Le principe du yoga est trés simple:
Une posture et on sens notre corps sans penser .(on regarde intèrieurement notre corps en essayant de le comprendre ,de le pèrcevoir )
On parcour la colone en descendant et en allant vers l'exterieur par les membres ou l'invèrse ....................

Écrit par : sortylege | 30/10/2010

Bonjour Sortylege,

Vos convictions sont les vôtres. Disséquer l'humain décape les notes de romantisme qui habillent les relations de séduction homme-femme et enlève effectivement tout attrait à la chose.
Vous dîtes que votre parcours pour aboutir à "l'illumination" a été très long mais vous y êtes parvenu. D'autres font des thérapies pour enfin réussir à se trouver, moyennant finance. Voyez-vous, rien n'est trop cher au sens propre comme au sens figuré pour être Soi et vous êtes bien placé pour le savoir.Ceci dit à défaut de sentir l'illumination, ils acquièrent une parfaite connaissance d'eux mêmes et de leur fonctionnement mental. C'est en quelque sorte une seconde maissance qui les libère des lourdes chaînes d'un passé traumatique.
Je pense que pour tout humain il faut laisser le temps et l'expérience faire leur oeuvre, mais certains avec leur vision personnelle de la vie et des autres, ne parviennent jamais à se réaliser et gardent au fond d'eux une souffrance inexprimée qui se manifeste corporellement, par passage à l'acte ou dans l'addiction.
Cordialement.

Écrit par : C.granaux | 31/10/2010

Bonjour @ C Granaux.
Au dela de la relation homme/femme,la conscience, libérée de ses stimulation sexuelles instinctives de reproduction,demeure ,resent et obsèrve.
L'illumination du début n'est qu'une étape vèrs d'autres illuminations (le contraire du deja vu) qui prènent naisance a l'occasion de situations fortuites peut etre .
Passé la dificulté de la première illumination , l'énèrgie libérée est bien moins déstabilisante,dévastatrice et les choses vont plus vit .
Les charges contenues dans les émotions sont parfois concidérables.j'ai comparé ce passage a l'initiation de l'iboga(plante ) pratiquée traditionellement en afrique vèrs l'age de 11 ans je crois .
Vous parlez de payer pour se liberer ou quelque chose comme ça, mais je crois bien que dans la vie c'est chacun pour sa peau et il ne fait pas bon ,écouter les boniments pèrfides des gens mal intentionés,interessés,je crois ?
J'obsèrve parfois un "bel enfant sage de + de 80 ans"(un vieux con)
Je ne peus plus le suporter,ni le voir et il me détèste pour ma pèrtinance déstabilisatrice :-D
C'est "un grand croyant " :-p
Cordialmement .

Écrit par : sortylege | 01/11/2010

Bonjour @ C Granaux.
A lire cèrtains,j'ai le sentiment que ma castration physique,ne m' a pas libérée de l'action de mes pultions sexuelles,mais que ce n'est que de l'auto suggèstion ou quelque chose comme ça?
Ce serait LA mutilation symbolique qui comme l'excision,marque la fin de ma vie d'exhibitionniste ,l'accèptation de la castration sociale ,la soumition a l'ordre établit ?
A +

Écrit par : sortylege | 03/11/2010

A Catherine Granaux,
je note sans surprise que, comme tous les psychothérapeutes, vous vous contentez de faire des copier-coller de définitions. Il n'y a pas la moindre trace de quelconques témoignage.

A Sortylège...cher cousin,
Je ne suis pas surpris de vous retrouver. Il suffit de taper votre pseudo sur un moteur de recherche pour s'apercevoir que vous étalez vos propos tantôt superficiels, tantôt confus ou contradictoires sur des dizaines et des dizaines de sites différents (et qui n'ont parfois aucun rapport avec le sujet) et d'où vous vous faites parfois censurer.
En fait, vous êtes obsédé par votre castration et ressentez toujours le besoin vous exhiber d'une manière ou d'une autre.
Votre âme est égarée.
Pour finir, nous sommes toujours dans l'attente de votre expérience sur les sites Psychoweb et Dicopsy, à moins que le fait d'affronter le monde réel vous effraie.
Amicalement,
Furet.

Écrit par : Furet | 03/11/2010

Helas @ Furet,seules mes theories m'interessent :-)
Le monde réel,ne m'effraye pas,mais,je le construi :-)
Bonne route .

Écrit par : sortylege | 03/11/2010

A Furet,
A défaut de témoignages, je peux discuter un peu avec vous.
Les exhibitionnistes montrent leurs parties génitales afin de pouvoir contempler en retour les parties génitales d'autrui. La compulsion à l'exhibition dépend du complexe de castration, elle affirme sans relâche l'intégrité de l'organe génital masculin de l'intéressé et répète la satisfaction infantile devant l'absence de membre de l'organe féminin. C'est cette même absence d'organe mâle sur le corps de la mère ou de la petite soeur parce qu'angoissante qui sera déniée parfois au point qu'un objet de substitution , appelé fétiche tiendra lieu de pénis et deviendra l'objet élu de jouissance. Le fétichisme est au coeur de toute perversion par déni de la différence des sexes et donc central dansl'exhibitionnisme.
L'envie de montrer ses parties génitales est liée au besoin de réassurance et de connaissance et c'est un passage fréquent et normal entre enfants du même âge.
L'exhibitionnisme s'accompagne du plaisir scopique, l'oeil correspondant alors à la zone érogène concernée.
Cette perversion révèle à l'analyse une variété de motifs et de satisfactions, ce qui explique les différences entre Sortylège et vous-même.Seule la compréhension de votre histoire peut vous éclairer réellement car la thérie est une chose mais la connaissance de soi-même est toute autre.
Si vous recherchez des témoignages pour exprimer vos souffrances ou vous comparer à d'autres, il suffit de vous inscrire dans un groupe de parole, une association,ou trouver les forums qui vous intéressent.
Ne plus être seul est déjà apaisant.

Écrit par : C.Granaux | 04/11/2010

A Sortylège,

ça doit être difficile de vivre avec un double qu'on ne peut plus supporter et qui vous déteste. Deux frères ennemis dans une seule peau : le bon et le mauvais.

Écrit par : C.Granaux | 04/11/2010

Bonjour @ C Granaux.
Je dois vous dire que je ne cautione pas vraiment votre théorie sur l'exhibitionnisme .
La difference doit tenir a nos passés professionels trés differents.
Je réparais des machines et l'automatisme etait un sujet que j'adorais .
Bon,je ne dirais surtout pas que tout etre vivant se résume a un montage automatique, mais cèrtaiens parties y font penser fortement .
Je vous donne a vous aussi l'impression d'etre dédoublé,mais comme disent cèrtains :
Je veux surement le beurre et l'argent du beurre .
J'ai depuis ma castration eu des problèmes pour m'arréter sur le dosage d'hormone males de substitution .Celles ci semblent ne pas convenir a mon bien etre ,pourtant pour le fonctionement physiologique de mon corps,ces hormones ont un cèrtain interet ,je crois.
Le probleme principal est la presence de bouffées de chaleur d'intensité variables suivant le dosage.
J'ai réduit depuis longtemps et progressivement l'opotherapie,sans que je resente autre chose que des bouffées de chaleur de plus en plus intenses .
Je veus arréter complètement de prendre ces hormones, mais,je crains les effets physiologiques secondaires désagréables .

Écrit par : sortylege | 04/11/2010

À Catherine Granaux,

Était-ce une tentative d'explication ?!
C'est gentil de votre part mais, pour une fois, je suis en partie d'accord avec Sortylège : je n'y ai rien compris.

Vos propos semblent surtout être le fruit de votre imagination ou de votre besoin de mélanger des mots et de fabriquer des phrases mais ils ne sont surtout pas le fruit de travaux d'observations ou de discussions.

On constate que, comme vos confrères, vous vous exprimez sur des choses que vous ne vivez pas de l'intérieur et on a l'impression que vous parlez de nous comme des créatures venant du fin fond de l'espace.
Pour ma part, je parle plusieurs langues terriennes mais je ne comprends pas la vôtre et je préfère nettement aujourd'hui m'adresser directement aux habitants de votre planète sans l'intermédiaire des psy.

À moins que d'autres personnes ne viennent sur ce site exprimer des propos plus simples et concrets, je ne vois pas l'intérêt de revenir dans votre monde.

Écrit par : Furet | 04/11/2010

Si mon aide ne vous satisfait pas ,vous trouverez certainement d'autres lieux de discussion.

Écrit par : C.Granaux | 05/11/2010

Bonjour @ C Granaux.
Je ne crois pas, que l'on puisse dire que je rechèrche de l'aide en ce qui me concèrne ,mais les idées des autres comptent parmis mes plus sûrs sujet d'éveil,jusqu'a aujourd'hui au moins. ;-)
Tous les jours,j'aprend un peut plus du monde qui m'entoure.
Laisser sa créativité,nous suggérer des idées nouvelles,est un jeu que j'adore .
Amicalement .

Écrit par : sortylege | 05/11/2010

Bonjour .
Moi, j'aimais bien lire vos coms @ C Granaux.;-)

Écrit par : sortylege | 06/11/2010

Simplement les gens agressifs sont décourageants. Mais je n'ai rien contre les commentaires tant qu'ils ne transforment pas mes collègues et moi-même en punching ball juste pour le plaisir.

Écrit par : C.Granaux | 06/11/2010

Les non dits,les èsquives,les silences complices,les affaires,les sacrifices,etc,sont autant de raisons de croire que toute la vérité sur les pèrvèrtions sexuelles n'est pas abordée "courageusement ou honètement "(éluder?)?
Cela donne a penser a une sorte de vieille complicité démodée avec les vrais pèrvèrs qui manipulent le pauvre monde peut etre ?
Je ne vois pas ou est le plaisir dans ce genre de constat?
Je serais tenté de parler de colère plutot ?
Cordialement .

Écrit par : sortylege | 07/11/2010

Il est bien connu Sortylège que les pervers restent et resteront de vrais manipulateurs. C'est là toute leur force mentale, séduction, ruse, hypocrisie afin de phagocyter le commun des mortels qui une fois tombé dans les rêts devient la proie rêvée.Prenez l'exemple de votre message où vous stipulez que vous allez regretter mes commentaires : je n'en crois pas un mot, juste une manipulation de plus pour que vous puissiez continuer à lutter corps et âme contre l'ordre symbolique et me le faire savoir.
Votre plaisir se trouve là, me prouver que malgré cette castration physique , votre refus de la loi est intact et ce , je crois jusqu'à votre mort et vous tenez dur comme fer à me le faire savoir.

Écrit par : C.Granaux | 08/11/2010

Bonjour.
N'allez pas croire que je prend le moinde plaisr a vous torturer @ C Granaux .
Vous avez complètement raison,losque vous dites que je hais cette société "symbolique " (c'est votre mot lucide),pèrfide ,manipulatrice,séductrice,cannibale,èsclavagiste,tueuse, qui cache ses intentions meurtières surtout en cette pèriode de désaffèctation ou seuls les "élus"(pas les politichiens) seront ceux de demain qui pourront vaquer arnachés contre "les autres", le betail ,les proies ........................
Je ne peus croire que vous ne distinguez pas cette mascarade de democrassie,ou tout est comedie ,rapport de force violent ,chantage.
La castration là dedans,n'est rien d'autre qu'une obligation pour etre en paix avec mes instincts,puisque ma sexualité etait deja bien morte dés mon adolescence,il me semble ? :-)
Amicalement .

Écrit par : sortylege | 08/11/2010

Au sujet de la castration désirée,"obigatoire ou suggerée",vous devez savoir que cette castration ne doit pas etre imposée,mais elle doit etre un désir volontaire ,car l'effet curatif s'en touve décumplé,je crois?

Écrit par : sortylege | 08/11/2010

Décuplée je ne sais pas mais il est évident que tout traitement imposé doit être accepté par le patient. Le mental a une action certaine sur le corps et vice versa.
Vous dîtes que vous avez été élevé comme un animal de compagnie auquel toute indépendance et liberté étaient interdites, et ça, je crois, vous ne pourrez jamais le digérer, d'où votre besoin de vous exprimer avec autant de force.

Écrit par : C.Granaux | 08/11/2010

Vous ne pouvez etre plus claire en effet :-D
A + ?

Écrit par : sortylege | 08/11/2010

Je voulais relever votre
"il est évident que tout traitement imposé doit etre accepté par le patient "
Je sais que la castration n'est plus ,de toute façon, depuis longtemps, imposée aux pèrvèrs sexuels , mais souvent,elle résulte d'une pression sociale ou d'un chantage "judicière " a la libèrté.
Je n'ai pas vraiment le sentiment de m'etre soumis en accèptant la castration ,ni d'avoir eu la main forcée ,mais plutot cette castration est le résultat d'un renoncement définitif pour le sexe,lequel trainé depuis trop longtemps .
Salutations .

Écrit par : Encore moi | 22/11/2010

Si vous le dites...

Vous avez changé votre pseudonyme Sortilège ?

Écrit par : Granaux | 22/11/2010

En effet :-)

Écrit par : Vouy | 23/11/2010


Que l'on décide de consacrer sa vie à changer le monde où regarder ses poissons rouges, la psychanalyse aura apparemment toujours une explication non seulement qui renverra à tel ou tel de ses 'mots-clés', mais qui en plus contestera - en faisant généralement peu de cas de l'orgueil de la personne concernée, et c'est bien là qu'elle irrite - toute justification avancée par ladite personne.


Concernant l'expérience de M. Sortylège :


Je crois qu'il est réellement dans le vrai en remarquant que sans désir sexuel chez l'homme, alors la femme apparait comme beaucoup moins intéressante, et même "aveugle" - du coeur probablement. Ces mots vont, je crois, droit au but - à condition de préciser toutefois qu'ils ne s'appliquent probablement pas à des belles femmes comme Mme Granaux - et plus particulièrement : à une majorité de femmes agées de 45 ans et plus. Mais au-dessous, que nous tombons juste.



Moi-même dans la trentaine, j'ai récemment remarqué que les femmes comptant réellement pour moi - ou m'attirant réellement au niveau du coeur - n'étaient que celles que l'on décrit sous le qualificatif de 'mûres' - peu importe l'age. Et non, je ne suis pas gay - déjà "essayé".



Considérant que dans mon cas en tout cas, le désir sexuel gâche la vie - à moins qu'il ne l'ait déjà fait complètement rater - Je considère sérieusement l'opportunité d'une castration physique.


Etant très maigre et peu musclé, j'ai de la peine à croire que cela pourrait encore moins me muscler.


Cordialement


G.

Écrit par : garcon | 29/05/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu