Avertir le modérateur

28/04/2010

BOULIMIE ANOREXIE

_boulimie-small_s.jpgLa boulimie et l’anorexie font partie des conduites addictives. La boulimie se caractérise par des épisodes impulsifs de suralimentation, alors que l’anorexie se définit par l’absence de prise de nourriture. Elles ne sont pas à mettre en opposition puisqu’elles coexistent fréquemment chez une même personne.

La boulimie et l’anorexie touchent surtout les femmes, mais également les hommes. L’anorexie est mortelle, avec un taux de mortalité de 5 à 9 % selon les sources; elle nécessite un suivi médical. 

La boulimie se caractérise par des crises irrépressibles et répétées d’absorption massive de nourriture. Elle s’accompagne de:

- un sentiment de perte de contrôle de l’alimentation (impossibilité de contrôler les quantités consommées, le choix des aliments, le temps de la crise).
- des comportements compensatoires ayant pour fonction d’annuler la suralimentation (vomissements, laxatifs, exercices physiques excessifs, jeûne,….).
- un sentiment de vide interne, une tension (comblés par l’ingestion massive).
- une mauvaise estime de soi, influencée de manière excessive par le poids et la forme corporelle.
- des troubles de la perception de l’image du corps

Pour les personnes souffrant d’anorexie-boulimie , selon le vécu de chacun, la thérapie permettra notamment de travailler les points suivants:

- le non-dit et l’affirmation de soi
- l’image corporelle et l’estime de soi
- les troubles anxieux, le stress post-traumatique
- la gestion des émotions et des besoins
- les carences affectives et identitaires

26/04/2010

L'ANOREXIE SOUS CONTROLE

L’emprise exercée en permanence par ces patients sur leur corps, leur psyché et leurs besoins ne manquera pas de s’exercer sur la personne de l’analyste. C’est l’un des obstacles les plus tenaces au traitement, difficile parfois à surmonter : c’est l’autre face de la toute-puissance. Ces scénarios contraignants de l’anorexie relèvent d’une structure  avec une emprise qui témoigne d’une adhésivité à une imago maternelle jamais atteinte ni séparée. C’est le cycle infernal de la quête d’une mère qui a toujours manqué mais dont l’approche est si dangereuse que se présente le dilemme : détruire ou être détruit.

01:07 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : emprise, toute puissance, anorexie, adhésivité, mort | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

19/04/2010

DEPRESSION ET ALCOOL

Anxiété et dépression :

Deux comorbidités sont associées à l'alcoolodépendance.

L' alcoolodépendance est rarement une maladie surgissant  de manière isolée : dans de très nombreux cas, elle accompagne des troubles très fréquents aujourd'hui : la dépression et l'anxiété. L'alcool peut donner temporairement une impression de soulagement et la sensation d'être détendu. Environ 40% des alcooliques ou des personnes qui font preuve d'abus d'alcool souffrent de syimages.jpgmptômes qui sont proches de ceux de la dépression

La question de la psychothérapie se pose dans ce cadre en soulevant celle de la difficile mise en œuvre d'une psychothérapie qui soit à la fois centrée sur la dépendance et sur une nécessaire revalorisation narcissique du sujet, une responsabilisation et une affirmation de soi.

La dépression est, dans ce cas, sans nul doute le facteur le plus inquiétant de la triade anxiété-dépression-alcoolisation, en ce sens qu'elle est souvent à la source d'une « fuite dans l'alcool ». D'autre part, elle peut aussi être la conséquence d'une alcoolisation, voire un symptôme aggravant.

Inutile de toucher au symptôme de l'addiction, le fait de travailler les origines du besoin de boire  suffisent à long terme pour supprimer l'addiction. Un thérapeute ordonnant à son patient d'arrêter l'alcool en thérapie serait similaire à la mère toute puissante dont la patient tente déjà difficilement de se séparer par des limites artificielles.

23:08 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dépression, anxiété, alcoolisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

LA PASSION

vincianne.jpgDans ses formes les plus contradictoires, la passion s'exprime comme une flambée d'une telle intensité qu'elle peut entraîner aussi bien, par ses excès, une ouverture créative orientée vers la vie, qu'une extinction psychique dont le calme apparent suggère l'imminence d'une mort psychique ou réelle.

D'où le sentiment d'un manque total de liberté, d'une absence de temps psychique pour la réalisation de désirs ; l'impression d'un mouvement pulsionnel obsédant et douloureux qui prend naissance au fin fond du Moi ; l'exigence psychique de rester accroché à l'autre en un mouvement circulaire permanent. La compulsion d'une répétition sans limites laisse apparaître une fascination de l'illimité, qui aimante leurs projets, quels qu'ils soient. La passion est ainsi l'amour impossible : elle exige la fusion, la passivité de l'amour absolu, de l'amour fou, et ne s'accomplit pleinement que dans le désir narcissique de la mort, dans la mort. La passion, en plaçant au second plan le désir et la satisfaction sexuels dans ce qu'ils nécessitent comme rencontre, comme partage, comme espace de rêverie qui inclut l'autre, suggère la répétition sans fin d'une expérience oubliée, l'inachèvement d'une rencontre. Tout lien durable, même s'il est vécu comme éternel, devient impossible, ne serait-ce qu'en raison des limites qu'instaure cette répétition. Les moyens de son expression, les gestes, les mots étant inaptes à traduire l'intensité, l'avidité, l'étendue du désir pour l'autre. 

 

09:34 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : passion, fascination, amour, avidité, mort | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

14/04/2010

INCESTUEL ET INTRUSION

les-trois-singes-de-la-sagesse.jpgPar opposition à l’inceste, l’incestuel se définit comme un équivalent d’inceste. « L’incestueux dans ce que nous connaissons d’ordinaire en analyse c’est le fantasme et le produit d’une symbolisation, tandis que l’incestuel ne résulte d’aucune symbolisation. Il est tout dans l’agir, pas forcément dans le génital de l’inceste, mais plus souvent dans des équivalentsd’inceste qui sont des comportements à travers lesquels une relation de nature incestuelle transite. »[3] (Revue française de psychanalyse, 4, 1994)

25 La banalisation apparaît comme un obstacle majeur à la possibilité de repérer l’incestuel dans la clinique : la banalisation à voir avec ce que P..C. Racamier appelait « dénis diaphragmés ». Cette banalisation est fréquente chez les pervers qui tentent de faire passer pour normales, voire naturelles des conduites ou des situations familiales dans lesquelles des liens incestuels, voire incestueux sont à préserver à tout prix et qu’il faut soustraire au regard du clinicien. Le plus souvent, cette banalisation en l’autorité n’y est pas reconnue de même que l’altérité. Les enfants de ces familles sont des enfants mais en même temps ils peuvent se poser comme parents des parents ou du moins remplir telle ou telle fonction parentale. Le fonctionnement incestuel est le plus souvent difficilement perceptible, il est parfois simplement indiqué par le fait que les enfants n’appellent pas leurs parents papa et maman mais les désignent par leurs prénoms. La confusion des identités est importante. Il n’y a pas de limites entre vie privée et vie familiale. La porte de la chambre à coucher des parents ne ferme pas, les enfants ne sont pas protégés de la sexualité des parents.L’autre tabou transgressé par l’incestuel, est celui de l’indifférenciation des êtres, un tabou qui interdit de confondre les individus sur le plan corporel, psychique et social. L’angoisse d’intrusion est au premier plan chez tout sujet prisonnier d’une relation incestuelle, elle l’est tout particulièrement dans l’anorexie.

12/04/2010

Psychologue clinicienne

Catherine Granaux

 

Profession : psychologue clinicienne

 

Adresse professionnelle : 10 rue de Nesle 75006. Métro Odéon.

 

Téléphone : 06 19 97 39 96

 

N° ADELI : 511 212 212 000 16

 

Qualification professionnelle : Psychologue qualifiée par Psy en mouvement

 

Courant méthodologique de psychothérapie : psychothérapie psychanalytique

 

Type de patients : Adolescent

                               Adulte

                               Angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, inceste, maltraitance,

                                anorexie, boulimie. 

Type de séance : Individuelle

                              En couple

Thérapie psychanalytique

Soutien psychologique

Passation éventuelle de test du Rorschach et du TAT

Génogramme de la famille

 

Description : Psychologue clinicienne titulaire du DESS de psychologie clinique, du DEA de psychologie clinique à Paris VII ainsi que d'un doctorat en psychologie clinique.

00:27 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, inceste, maltraitance | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

11/04/2010

ADDICTION ET ANGOISSE

addiction.jpgL’addiction a été expliquée par les troubles de l’identité, le faux self adaptatif, les difficultés de relation affective, la dépressivité, l’angoisse, le vide et, du point de vue métapsychologique, le polymorphisme et l’inefficacité des mécanismes de défense n’empêchant pas l’angoisse, la détresse, voire le désespoir. S’y ajoutent l’absence apparente d’ancrage dans l’organisation œdipienne, l’importance des mécanismes de clivage et de projection, la destructivité, la fragilité narcissique dans les rapports avec les objets.3 La pratique solitaire de la conduite addictive évite la relation à l’autre par un effacement du moi et du surmoi comme de l’objet, rendant possible l’expérience de la position d’omnipotence dans l’indifférenciation qui est à l’origine du Moi idéal. Pourquoi le rapport à l’autre est-il dangereux ? Le désir d’être aimé implique le refoulement ou le clivage de ce qui risquerait, en manifestant la différence, donc l’altérité de l’objet, de faire rupture, de comporter la destruction de l’objet et de soi, la haine, la culpabilité ou la projection paranoïde. La dépendance affective est insupportable parce que la fusion des désirs et des pensées abolit la différence et n’a pas d’autre alternative acceptable que le vide et la détresse. Dans ces cas, la dépendance addictive a pour contexte une dépendance affective pénible et inévitable par incapacité non seulement d’être seul mais aussi de refuser, de dire non, de prendre la parole en son nom propre, d'être avec les autres qui sont toujours trop loin ou trop près, entre l’abandon et l’intrusion dépossédante de soi.

02:23 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : addiction, angoise, détresse, abandon, intrusion, omnipotence | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

07/04/2010

ANOREXIE

regime-jeune.jpgAnorexie et fascination    :

L'anorexie mentale peut devenir facteur de fascination pour les parents. L'obstination de l'adolescente dans son refus de se nourrir en arrive à apparaître comme une force qui à défaut de rassurer , fascine une famille en désarroi.

La conduite anorexique prend une dimension fétichiste faite d'un mélange de maîtrise, de déni et d'idéalisation. L'anorexique est dans le contrôle et la maîtrise permanente de ses besoins physiologiques, ce qui renvoie forcément  l'image d'une puissance enviable.

Cette dimension fétichiste confère à l'anorexique, une place particulière faite de pouvoir similaire à celle de la figure grand-parentale.

La force du symptôme apparaît une fois encore de façon paradoxale , non seulement fascinante mais aussi rassurante.

Si les parents sont sollicités par l'inquiétude que provoque l'état de leur enfant, ils sont en même temps toujours tenus à l'écart par leur impuissance à les aider.

Grâce à la thérapie, la patiente devrait pouvoir abandonner sa conduite symptômatique et son refus d'identification maternelle. L'ensemble des investissements et des intérêts peut s'ouvrir dans un plaisir nouveau à échanger. En deux mots la patiente peut retrouver la responsabilité de sa guérison et le plaisir à réaliser ses potentialités personnelles.

00:54 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : anorexie, maîtrise, contrôle, déni, idéalisation, symptôme, thérapie | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu