Avertir le modérateur

15/02/2010

TOXICOMANIE

Le toxicomane présente une partie malade et une partie non malade puisque chez lui, le stade du miroir, que Jacques LACAN instaure comme organisateur du Je, est en réalité un "stade du miroir brisé". Avec cette notion, C. OLIEVENSTEIN indique un dérapage chez le sujet dépendant au niveau de la genèse de l'identification. Par cette métaphore de la brisure du miroir[1], l'auteurexplique que le sujet se découvre ainsi "autre", ce qui lui permet de rompre l'existence fusionnelle qu'il menait avec sa mère. Au moment où devait se constituer un moi différent du"Moi-fusionné-mère", tout se passe comme si, à cet instant, le miroir se brisait, renvoyant à la fois une image brisée et une incomplétude. OLIEVENSTEIN parle à ce propos de "narcissisme brisé". De ce double mouvement simultané de la reconnaissance et de la brisure va naître cette incertitude nosographique concernant la pathologie du sujet dépendant évoquée plus haut. Dans ce sujet "à la fois normal et à la fois psychotique", on peut reconnaître les "états transitionnels" de GLOVER, futurs "états-limites", qui ont "un pied dans la psychose et l'autre dans la névrose", précédemment évoqués[2].

 

 



[1] C. OLIEVENSTEIN: in "La vie du toxicomane", Paris PUF, "Nodules", 1982.

[2] E. GLOVER, in "on the aetiology of drug addiction", 1932, International Journal of Psychoanalysis, vol.

13, 298-328.

 

11:19 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : toxicomanie, thérapie | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu