Avertir le modérateur

31/01/2010

TOXICOMANIE ET ANOREXIE

La dialectique entre les problématiques objectales des troubles des conduites alimentaires et des toxicomanies est mise en évidence par Jeammet (1991 a, 1991 b). Ces troubles des conduites à l'adolescence ont une dimension transnosographique et transstructurale, possédant les caractéristiques suivantes : organisation limite avec flottement identitaire, prévalence du registre de l'idéal du moi sur le surmoi, grande sensibilité aux réponses de l'objet avec une faillite partielle des ressources internes. Cet auteur insiste sur la vulnérabilité de l'organisation psychique de ces sujets, qui traduit « le relatif  échec des intériorisations précoces à assurer des assises narcissiques suffisamment stables pour garantir un sentiment de sécurité et de continuité capable de se maintenir majoritairement grâce aux ressources propres du sujet » (1991 b, p. 25). Jeammet (2001) relève également les des limites, notamment des frontières floues du système familial, qui reflètent des failles narcissiques « rendant difficile sinon impossible l'élaboration de la séparation et de l'angoisse de castration » (p. 103).

 Jeammet P. (1991 a), Dysrégulations narcissiques et objectales de la boulimie, in B. Brusset (coord), La boulimie, Monographie de la Revue française de psychanalyse, 81-104.

Jeammet P. (1991 b), Addiction, dépendance, adolescence. Réflexions sur leurs liens. Conséquences sur nos attitudes thérapeutiques, in J.-L. Venisse (éd.), Les nouvelles addictions, Paris, Masson, 10-29.

Jeammet P. (2001), Les conduites addictives : un pansement pour la psyché, in S. Le Poulichet (éd.), Les addictions, Monographies de psychopathologie, Paris, PUF, 93-108.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13:32 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

27/01/2010

PRESENTATION

PRESENTATION

Catherine Granaux

 

Profession : psychologue clinicienne

 

Adresse professionnelle : 10 rue de Nesle 75006. Métro Odéon.

 

Téléphone : 06 19 97 39 96

 

N° ADELI : 75 93 4117 5

 

N° SIRET :  511 212 212 000 16

 

Qualification professionnelle : Psychologue qualifiée par Psy en mouvement

 

Courant méthodologique de psychothérapie : psychothérapie psychanalytique

 

Type de patients : Adolescent

                               Adulte

                               Angoisse, dépression, addiction, abus sexuel, maltraitance. 

Type de séance : Individuelle

                              En couple

Thérapie psychanalytique

Soutien psychologique

Passation éventuelle de test du Rorschach et du TAT

Génogramme de la famille

 

Description : Psychologue clinicienne titulaire du DESS de psychologie clinique et du DEA de psychologie clinique à Paris VII. Doctorat en psychologie clinique.

 

Société : cabinet libéral

 

Publication: Thèse sur les problématiques transgénérationnelles.

 

 

00:56 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

24/01/2010

MAUVAISE MERE, FOLIE A DEUX

Psyche_et_LAmour.jpgCette unification, ce voeu de faire un avec l'autre, paraît ici réalisé, abolissant toute distance entre les deux sujets. Il permet, par exemple, d'expliquer ce fait si surprenant que les passages à l'acte qui émaillent régulièrement la clinique des délires à deux, n'impliquent jamais les protagonistes entre eux, mais sont toujours tournés vers l'extérieur, comme c'est le cas dans le crime de Christine et Léa Papin. Jacques Lacan note à ce sujet : "il semble qu'entre elles, les deux soeurs ne pouvaient même prendre la distance qu'il faut pour se meurtrir. Vraies âmes siamoises, elles forment un monde à jamais clos". La clinique de la folie à deux vient donc ici illustrer de façon particulièrement éclairante, les modalités selon lesquelles un sujet aspiré par un Autre, ici bien réel et incarné, en vient à disparaître comme tel.Cette aliénation se rencontre dans d'autres pathologies où l'angoisse et la dépression témoignent de cette adhérence.

12:01 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

22/01/2010

MAUVAISE MERE

L'INCESTUEL,

Dans l'incestuel, l'enfant subit l'emprise maternelle, par l'injonction à l'enfant de devoir faire silence sur ce qui lui arrive. L'emprise va jusqu'à la néantisation de l'enfant, et c'est bien ce qui arrive parfois.

La mère captatrice serait peut être elle même enfant captive et répèterait le scénario avec sa descendance. Selon Racamier (1), c'est à ce qui a réussi qu'on renonce le moins mal. Et c'est ce qui a raté qui s'invétère le plus tenacement et qui reste sous forme de traces mémorielles, ce qui explique le côté interminable d'une relation narcissique. La mère qui passivise et menace par la fusion, est ressentie comme un objet sur lequel il est impossible de se reposer, danger de passivation ingérable lorsque la mère alterne entre surinvestissement et désinvestissement, dans un fonctionnement d'absence psychique et d'emprise.

L'engrènement est un processus interactif assorti d'un vécu contraignant d'emprise et consistant dans l'agir quasi-direct d'une psyché sur une autre. L'engrènement ne distingue pas les personnes : chaque éprouvé de l'un retentira souvent sous forme d'action chez l'autre. 

(1) Racamier.P.C, l'inceste et l'incestuel, Paris, Les éditions du collège. 1995.

 

 

00:01 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

15/01/2010

VIOLENCE ET TRAUMATISME / SYNDROME DE MUNCHAUSEN PAR PROCURATION

différentes formes de syndrome de Munchausen par procuration

« Les demandeurs d'aide » ou Help Seekers

Il s'agit de mères anxieuses qui falsifient ou provoquent rarement ou une seule fois des symptômes organiques chez leur enfant  dans le but de les faire hospitaliser et d'être rassurées par les pédiatres. Ces parents ne dénient pas les conduites de falsification. C'est en fait un appel à l'aide. Ces femmes cherchent à être rassurées par le médecin.

 « Les inducteurs actifs » ou Active Inducers

Il s'agit des cas les plus rapportés dans la littérature, caractérisés par des symptômes dramatiques activement induits par le parent ( exemples : suffocations et intoxications)

Il existe une relation symbiotique avec ces jeunes enfants, et les relations avec le conjoint sont le plus souvent perturbées. Leur motivation est l'obtention de bénéfices secondaires comme le contrôle des relations avec le médecin et leur reconnaissance comme bons parents.

Ces mères sont dans le déni le plus complet et participent aux soins avec calme, plaisir et dévotion.

C'est la forme la plus typique  et la plus représentative de syndrome de Munchausen par procuration .

 "Les dépendants aux médecins » ou Doctor Addicts

On retrouve un déni intense des actes. Convaincues de la réalité de la maladie de l'enfant, les mères adoptent une attitude revendicative vis à vis des équipes médicales.

Elles sont convaincus de la réalité de la maladie et par conséquent sont obsédées par la recherche du diagnostic, la réalisation d'examens complémentaires et l'application des traitements, même si leur attitude revendicative provoque des conflits avec les médecins. Les enfants sont plus âgés , plus déprimés et fréquemment atteints de maladies psychosomatiques. Il y a souvent des cas d'exagération extrême d'une maladie réelle existante dans cette catégorie.

Meadow les désigne par le terme de « Doctor Shopping » [2]



5 J. Libow, H.A Sheier : Munchausen syndrome by proxy : diagnosis and prevalence. Am. J. Orthopsychiatry, 1993, 63, 318_321.

[2] Meadow. Munchausen syndrome by proxy : the hinterland of child abuse. The Lancet, 1977, 2 : 343-345.

 

19:30 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

14/01/2010

PSYCHOTHERAPIE DE VICTIME D'INCESTE / DE MALTRAITANCE

La victime adulte est notamment motivée par une recherche de reconnaissance, liée aux failles narcissiques qui ont entaché son enfance. Dans cette hypothèse, il y a lieu de toucher " l'enfant en souffrance ", enfermé dans cet adulte, de lui permettre d'exprimer sa rage, les traumatismes subis, sa culpabilité, sa déception et cela afin de l'aider à échapper en partie à une emprise infantile. En effet, la victime mélange souvent vécu antérieur et craintes actuelles.

L'action thérapeutique peut aller de l'aide au Moi, l'étayage, à la restauration des processus donnant accès à la représentation, grâce à une compréhension des phénomènes les plus archaïques.

En toute occasion, le but visé est de restaurer la subjectivation en aidant le patient à affronter la réalité. L'espace psychique est plus sûrement attaqué que le corps.

Un travail sur les affects pourra participer de la levée des clivages, des dénis et donc des secrets antérieurs et ouvrir l'espoir d'une possible mentalisation.

La victime cherche inconsciemment à vivre pour la première fois les éléments clivés qu'ils méconnaissent, faute de mentalisation et de symbolisation.

Ces patients doivent être pris en charge dans une thérapie psychanalytique tout d'abord en face à face car la position allongée peut réactiver une angoisse d'abandon trop forte.

Le thérapeute doit être suffisamment bon pour servir d'étayage et prévenir les passages à l'acte toujours possibles.

L'intervention thérapeutique devrait privilégier le soutien de la victime. La thérapie est un processus relationnel entre le patient et le psychologue. C'est à partir de leur propre langage que le psychologue peut les aider à se reconstruire psychiquement. L'incitation à la parole aide la victime à mentaliser son vécu et à diluer l'effet de l'emprise. La reconnaissance de la réalité de ses parents et les préjudices qu'ils lui ont fait subir lui permet de se libérer de ses agresseurs.

Il peut ainsi penser les causes de ses traumatismes à l'extérieur de lui, dégagé de sa culpabilité, il pourra accéder à l'épreuve de la réalité.

Il pourra expérimenter des émotions condamnées  par ses parents.

La technique consiste à maintenir le cadre et le dispositif afin d'éviter une tentative de suicide ou un effondrement dépressif.

Le psychologue a une responsabilité parentale. Soit, il« est »une figure paternelle qui va l'arracher de la séduction maternelle originaire, soit une figure maternelle pour pallier aux carences précoces de l'environnement, soit les deux.

Le silence du thérapeute ne peut être que déconseillé et la position en face à face préconisée.


 

00:15 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

13/01/2010

Traumatisme, addiction, dépression et génogramme

Traumatisme, dépression, addiction et génogramme.

 

ico_geno_new.gif

Traces de transmission, traces psychosomatiques, cauchemars et symptômes divers, vont lier ou délier les générations entre elles, souvent, trop souvent, dans une souffrance portée par une loyauté familiale invisible dont le sens est fréquemment inconnu des descendants qui en souffrent, mais qu'on peut retrouver par un travail de génogramme, sorte d'arbre généalogique où figurent les liens familiaux et les caractéristiques essentielles de chaque membre.

 Le génogramme éclaire la trame familiale transgénérationnelle et permet la compréhension du système de fonctionnement du patient.

 Freud a démontré que se pencher sur les traumatismes familiaux est un long travail d'enquête sur l'histoire des ascendants dont le thème principal est repris sur plusieurs registres et à de multiples niveaux.

00:47 Publié dans psychologie | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

10/01/2010

PSYCHOTHERAPIE : NE PLUS AVOIR PEUR

NE PLUS AVOIR PEUR                                                                                       

Qu'est-ce qu'une psychothérapie? Faire une démarche, consulter un professionnel de la psychologie, c'est avant tout se décider à affronter ses difficultés personnelles et s'engager dans un processus pour les résoudre. C'est s'impliquer dans un processus de changement qui vous permettra d'enrichir votre vie. C'est choisir de changer et de grandir.

La psychothérapie est une démarche personnelle que vous faites uniquement pour vous-même, le professionnel que vous choisirez pour vous accompagner est là pour vous aider à y voir plus clair. Il sait comment vous accompagner afin de vous permettre de découvrir vos propres solutions et votre façon personnelle de transformer votre vie.

La psychothérapie se déroule habituellement entre vous et votre psychothérapeute. Vous le rencontrerez en général à une fréquence variable de 1 à 2 fois par  semaine . Lors de la première séance, vous déciderez ou non de vous engager dans une démarche avec ce professionnel.

Les symptômes  traités : dépression, traumatisme, toxicomanie, abus sexuel, angoisse, manque de confiance en soi...

01:35 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

08/01/2010

TRAUMATISME:IDENTIFICATION A L'AGRESSEUR

enfant-triste.jpg

 Identification à l'agresseur

 

 Le concept d'identification à l'agresseur a été introduit par Ferenczi et décrit par la suite par A. Freud (1936). Par ce mécanisme de défense, "le sujet confronté à un danger extérieur, s'identifie à son agresseur, soit en reprenant à son compte l'agression telle quelle, soit en imitant physiquement ou moralement la personne de l'agresseur, soit en adoptant certains symboles de puissance qui le désignent"[2] . Ce mécanisme psychologique va permettre à l'enfant abusé, en introjectant une partie des caractéristiques de son agresseur de passer d'une position passive à une position active.

Dans ce mouvement identificatoire, l'enfant se soumet masochistement à l'objet d'amour de l'agresseur qui se transforme en haine d'objet et en haine de soi après coup. La haine et l'agressivité ressenties sont alors retournées contre soi. L'agressivité et la haine d'objet  engendrent des sentiments profonds de culpabilité chez la victime.

L'enfant devient son propre mauvais objet tout en continuant à aimer ses parents. Un lien libidinal est ainsi préservé et le tient autant soi peu à l'existence et le retient « au bord d'un gouffre psychique mortel »[3]. L'enfant victime intériorise la culpabilité que ne ressent pas l'agresseur : « l'enfant est déjà clivé, à la fois innocent et coupable, et sa confiance dans le témoignage de ses propres sens est brisé [4] »

 Ce que confirme x, victime d'inceste :

« Parfois il pleurait et à chaque fois j'avais la sensation d'avoir le cœur déchiré, il me l'arrachait. Cet homme m'émouvait......  Mon pauvre papa » 

D'autres mécanismes de défense, tels que la dissociation et le clivage, sont souvent associés avec celui de l'identification à l'agresseur. X : « C'est difficile de dire oui maman est bien et maman n'est pas bien en même temps »

 L'identification à l'agresseur permettrait à la victime de se préserver de la confusion entre ses représentations de soi et de l'objet, et de conserver sa capacité d'attachement nécessaire à sa survie physique et psychique.

Ce mécanisme psychologique de défense peut expliquer pourquoi, les abusés développent plus de fantasmes à connotation pédophilique que les non abusés. Selon certains auteurs d'orientation psycho dynamique en élaborant un scénario pervers en fantasme ou en acte, le sujet lutte contre la perte d'identité, notamment sexuelle et cherche à se prémunir des affects pénibles, tels que la dépression ou les sentiments de rejet lié à ses expériences infantiles. Pour Mc Dougall[5] , le scénario ou l'acte pervers permet à l'individu d'éviter le danger de perdre le droit à exister et celui de se perdre dans la relation à l'autre.



[2] Laplanche et Pontalis, Vocabulaire de la psychanalyse, Paris, PUF, p190

[3] Papazian, B, bref essai d'analyse des mécanismes inconscients qui interviennent dans la répétition transgénérationnelle d'abus physiques ou sexuels, psychiatriede  l'enfant,XXXXVII,2,1994 :                                                                                                                                                              

[5]  MCDougall,  J, Essai sur la perversion, in, Les perversions : chemins de traverse, Paris, Tchou, 1980

 

 

 

 

09:13 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

06/01/2010

PASSAGE A L'ACTE

 

Le passage à l'acte pose le problème des rapports entre la pensée et l'action. Le basculement entre l'acte en fantasme et l'acte réel se trouve interrogé, lorsque celui ci devrait moralement être inhibé par des mécanismes de défense.

Il est l'effet d'un mode préoedipien du fonctionnement psychique où prédominent les processus primaires, incapables de tolérer la frustration, de reconnaître l'épreuve de réalité et de freiner la tendance à l'impulsivité.

L'acte évacue toute mentalisation et prouve une carence d'élaboration psychique. En ce qui concerne les actes les plus violents, on peut parler d'effondrement narcissique. L'acte représente alors une preuve d'existence et n'est pas le résultat d'une construction psychique. D'où son aspect pulsionnel brutal. Tout abus de pouvoir devient une forme de transgression exemple : dans l'inceste, la maltraitance, l'abus sexuel. L'agir  serait le passage du fantasme à sa mise en acte.

18:56 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (8) | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

04/01/2010

ADDICTION : TOXICOMANIE ET THERAPIE

cannabis-petard.jpgLe corps sous emprise ne peut trouver une place propre et paradoxalement fumer du haschisch représenterait une tentative pour se constituer un corps autonome dans un mouvement visant l'autonomie, à la place, de ce que nomme Freud, d'une formation de masse à deux. 51

Des traumatismes ont été éprouvés sans être reconnus et des traces mnésiques désaffectées sont demeurées  dépourvues de sens, ce qui tend à prouver que ces problématiques peuvent s'inscrire dans le champs de l'addiction.

La psychothérapie devra aider le sujet à se couper de l'unisson fondé sur les forces de séduction narcissique et à se tourner sur l'individualisation qui lui est promise.


51 Selon Freud dans Essais de psychanalyse, Paris, Payot, 1981, p.180

 

08:56 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

01/01/2010

TOXICOMANIE : ADDICTION AU CANNABIS

ADDICTION AU CANNABISdrog002.gif

Face à la rigidité du système de normes familiales et à l'impossibilité  d'affirmer sa différence, lejeune  toxicomane adopte une stratégie d'évitement des conflits, il continue à s'opposer silencieusement, ce qui a toujours contribué à maintenir « l'harmonie » au niveau du fonctionnement familial. Il reste ainsi  pleinement dépendant de ses parents tout en gardant une apparence de rébellion. « Le haschisch rend sage » dit un usager . Effectivement sous son influence, il s'immobilise dans une passivité non dénuée de jouissance et reste ainsi fidèle aux injonctions parentales et surtout maternelles.

.

18:32 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu