Avertir le modérateur

29/12/2009

ABUS SEXUEL ET PASSAGE A L'ACTE

Passage à l'acte et traumatisme

 

Le passage à l'acte pose le problème des rapports entre la pensée et l'action. Le basculement entre l'acte en fantasme et l'acte réel se trouve interrogé, lorsque celui ci devrait moralement être inhibé par des mécanismes de défense.

Il est l'effet d'un mode préoedipien du fonctionnement psychique où prédominent les processus primaires, incapables de tolérer la frustration, de reconnaître l'épreuve de réalité et de freiner la tendance à l'impulsivité.

L'acte évacue toute mentalisation et angoisse et prouve une carence d'élaboration psychique. En ce qui concerne les actes les plus violents, on peut parler d'effondrement narcissique. L'acte représente alors une preuve d'existence et n'est pas le résultat d'une construction psychique. D'où son aspect pulsionnel brutal. Tout abus de pouvoir devient une forme de transgression de l'interdit de l'inceste. L'agir  serait le passage du fantasme à sa mise en acte.

L'inceste véritable phénomène d'addiction, nécessite un agir au long cours et non un passage à l'acte lié au débordement des défenses. L'agir, à la fois processus d'auto engendrement et lutte contre l'effondrement dépressif, demeure le signe d'une souffrance psychique majeure qui cherche à s'élaborer, sans y parvenir, dans une mise en acte violente.

Une particularité du passage à l'acte sur le corps, c'est la chosification et sa dévitalisation, mécanismes défensifs. Dans ce type de relation la psyché et/ou le corps de l'autre sont investis de manière particulière, sous le règne de l'emprise.

L'enfant maltraité subit le comble de l'emprise paternelle, par l'injonction de devoir faire silence sur ce qui lui arrive.

L'enfant est un double, un retour à l'identique que le père n'abandonne jamais où il fait coïncider l'enfant réel avec l'enfant imaginaire.

Le machinal de la répétition l'emporte sur la mobilité, sur l'ouverture à l'altérité. Ce qui entraîne la croyance paternelle que l'enfant est consentant.

L'inceste vient signer le déni de la différence des sexes et des générations. L'interdit est donc le contenu propre du message lors du passage à l'acte. Car là où il y a une négation effective de la mort, il y a une déshumanisation. Le non-respect des besoins de l'enfant, donnant lieu à une atteinte narcissique, est facteur de répétition commémorative du noyau traumatique.

Néanmoins, la relation conjugale peut-être plus proche et la cohésion semble maintenue au prix de ces passages à l'acte qui permettent la dérivation d'une dépression après un deuil non résolu.

 

 

 

 

 

14:05 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg | | |

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu